Choses à (a)voir

Liens malins

VNBjeparticipe01E


Changez pour Firefox!

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Référencé par MesBlogs.com

Guide Web - annuaire gratuit

présent sur bonWeb.com

Wikio - Top des blogs - Litterature

Ajouter à Mon Yahoo!

Référencement blog


Référencé par Blogtrafic


Boosterblog

Obtenez des aperçus gratuits à partir de Snap.com

Blog déposé sur Copyright-France.com

Devoticons

Pour faire un lien sur mon blog, choisissez une image!
 

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Recherche

Texte Libre

Ce blog est né d'un haïku. Le voici ...

couché sur l'herbe
dans mon manteau d'étoiles
j'ai dormi

A tout moment, vous pouvez revenir à la page d'accueil en cliquant sur la bannière ou sur l'image de droite. Si vous êtes perdus, vous trouverez aussi de l'aide ici. Bonne visite!

Archives

Manteau d'étoiles



Bienvenue sur le blog haïku de Richard (alias Yamasemi), principalement consacré au haïku et au senryû, un style de poème court venu du Japon.

Découvrez mon itinéraire dans l'écriture, une présentation des Maîtres du haïku et mes propres haïkus et senryûs au fil des jours. Vous trouverez plus d'informations sur ce blog dans la page d'aide.

Vous pouvez si vous le désirez réagir sur chaque article en utilisant le lien "Ajouter un commentaire" et, si vous avez apprécié votre visite, vous pouvez aussi recommander ce blog.
11 mai 2006 4 11 /05 /mai /2006 16:14
L'esprit est comme un miroir.
Chaque jour vous devez le nettoyer, et ne pas laisser la poussière s'accumuler.

Huineng


J'ai déjà dit à quel point un esprit encombré ou parasité entravait l'écriture du haïku. Je ne saurais trouver une meilleure image que celle de Huineng.

Un miroir restitue ce qui se passe ici et maintenant, ce qui est l'exacte conception du haïku selon Bashô. Il renvoie la pure expérience de Santoka ou le croquis d'après nature de Shiki.

En ce sens, écrire des haïkus est un excellent moyen de mesurer la propreté du miroir spirituel. Si l'inspiration fait défaut ou si les mots pour composer ne viennent pas, il faut se poser la question de la poussière et de sa nature, et procéder au nettoyage approprié.

Si le miroir est propre, les haïkus naissent et se forment presque spontanément. L'impression d'accord avec le monde qui en résulte est des plus agréables, et il m'arrive ainsi d'entrevoir, peut-être, ce que pourrait être l'Eveil.

Partager cet article

Repost0
9 mai 2006 2 09 /05 /mai /2006 12:20
Lire Hors-Série°2 - Le Petit PrinceLe Petit Prince a soixante ans, du moins en France. Initialement paru en 1943 à New-York, où Saint-Exupéry séjournait, il faudra attendre avril 1946 pour voir ce "grand petit livre" paraître en France.

Je viens de me procurer et dévorer le numéro spécial hors-série que Lire consacre à ce véritable phénomène. Oeuvre française la plus traduite à l'étranger (plus de 150 langues et dialectes, y compris régionaux) , il s'en serait écoulé environ 80 millions d'exemplaires depuis 1943, dont plus de huit millions et demi en France.

On apprend énormément de choses intéressantes dans ce hors-série très bien documenté, notamment sur la genèse du Petit Prince et sur la vie de l'écrivain à New-York au moment où il écrit ce qui sera son livre le plus célèbre. Au delà du mythe Saint-Ex et des controverses qu'il a pu faire naître, on découvre un grand ours pataud et écorché vif, passionné et touchant. Sait-on qu'il fut espionné par le FBI parce que, n'ayant pas assez nettement condamné le régime de Vichy, on le soupçonnait de travailler pour eux? Mais les limiers de J Edgar Hoover ne pourront que rendre compte de "son idéal élevé et son attachement total aux nations unies  alliées contre les fascismes européens et japonais". On apprend aussi que Saint-Exupéry, peu confiant en ses talents de dessinateur, a longtemps cherché un illustrateur pour le Petit Prince avant qu'il ne devienne évident que lui seul pouvait le faire, le petit personnage dessiné sur un coin de nappe de restaurant étant bien la source du conte. Il y a aussi les influences croisées de ses amis, de son épouse Consuelo et de ses maîtresses (ce grand écorché vif ne pouvait s'empêcher de séduire). Moins glorieux, il y a aussi la gestion très pragmatique de l'héritage de l'aviateur-écrivain, avec son site de produits dérivés, les "contresens rutilants, affligeants" selon Philippe Delerm.
On  apprend aussi que le célèbre "Dessine-moi un mouton" est déposé!  Mais les héritiers ont fait "cadeau" des droits à Mylène Farmer, qui en avait fait le titre d'une chanson, en raison de la célébrité de la chanteuse et donc de la "pub gratuite" qu'elle leur procurait incidemment!

Peu importe, seul compte pour moi le livre.

Il faut dire que Saint-Exupéry et moi, c'est une vieille histoire, où intervient un troisième acteur: mon père. Mon père, qui m'a élevé en me disant qu'il fallait toujours laisser aux autres "le bénéfice du doute", était nourri des livre de Saint-Ex. Sans le savoir,  il allait me transmettre le virus, juste en le citant au détour d'une conversation, juste en laissant traîner "Vol de nuit" sur une table de nuit où bien mon préféré "Terre des hommes". Je confesse avoir mis du temps à apprécier Le Petit Prince, qui me paraissait curieusement simpliste. Ce n'est qu'après avoir lu Citadelle, oeuvre posthume restée inachevée, que le déclic s'est produit. J'avais en fait affaire au même livre, mais ce qui était longuement développé dans Citadelle était tout entier contenu, pur et fulgurant, dans le concis Petit Prince.

J'ai grandi avec ces livres qui parlaient de dépassement de soi, de tolérance et d'amitié. J'ai grandi avec la légende de l'aéropostale, dont le site, de manière assez choquante, mentionne à peine Saint-Ex. Plus tard, dans la cour du gymnase Racine du lycée Saint-Louis, où j'étais en prépa, j'ai cherché et trouvé sur le monument des anciens élèves de Saint-Louis morts pour la France le nom d'Antoine de Saint-Exupéry. C'est sans doute idiot, mais cela me faisait quelque chose de me dire qu'il avait parcouru cette cour et ces couloirs, sué sang et eau sur une interro de Math dans les mêmes "thurnes" (des salles minuscules où l'on prépare et passe les "colles", les interrogations orales). J'ai même cherché, mais aucun petit prince dessiné sur un coin de pupitre ou de mur ne subsistait.

Saint-Ex disparut un jour d'été 1944 sur son P38, en silence, sans même un "Coupons moteur arrière droit" comme son ami Mermoz. Comme le Petit Prince.

Sans doute lirai-je le Petit Prince à mon fils dans quelque temps. En tout cas, pour l'endormir ou pour le distraire, et même si c'est un contresens rutilant, je lui allume une lampe magique représentant le Petit Prince. Et il n'en semble pas le moins du monde affligé.

Toutes les grandes personnes ont d'abord été des enfants. (Mais peu d'entre elles s'en souviennent.)

J'essaye de m'en souvenir tous les jours...

Partager cet article

Repost0
2 mai 2006 2 02 /05 /mai /2006 16:17
Je viens d'avoir des nouvelles de quelqu'un que j'aime bien.

Il y a quelques années, j'avais sympathisé avec Patrick Jagou, qui gérait les relations entre mon entreprise et la sienne, une importante société d'informatique californienne.

A l'époque, nous venions de porter nos programmes sur les ordinateurs de cette entreprise, qui était la plus "pétillante" et la plus "fun" de toutes. Loin des boîtes grises tristes et laides, leurs machines étaient dessinées par un studio de design et arboraient des lignes fluides et des couleurs vives. Dans le même esprit, ils avaient racheté une célèbre société de supercalculateurs et avaient fait de ces "broyeurs de nombres" à priori rébarbatifs des engins de science-fiction superbes, noirs avec des filets rouges, qu'on aurait dit sorti de 2001 Odyssée de l'espace!

Nos produits se vendaient bien sur leur plate-forme, ce qui donnait lieu régulièrement à des fêtes (du style "la millième licence vendue") pour laquelle ils venaient carrément amarrer une péniche en face de chez nous, sur laquelle nous célébrions l'événement.

Puis, quelques errements stratégiques se produisirent, la société en question alla moins bien, et j'appris un jour le départ brutal de Patrick.

Je viens de recevoir de sa part un courriel assez extraordinaire. Patrick a fondé sa société, Kahuna Vision, éditrice du site resterzen.com.

Dans un document intitulé non sans humour le manifeste aux 100000 caractères, Patrick expose son itinéraire et les raisons qui l'ont poussé à fonder sa société. Et c'est impressionnant.

J'ai toujours eu beaucoup d'admiration pour les gens qui vont jusqu'au bout de leurs convictions, quoi qu'il leur en coûte. C'est le cas de Patrick, qui a décidé de communiquer son expérience dans deux domaines à priori fort éloignés:

  • les entreprises multinationales américaines
  • les philosophies extrême-orientales

Cela étant, les conditions de stress dans les premières font assez vite comprendre que l'on puisse avoir besoin des secondes...

Il est bien difficile de résumer le manifeste aux 100000 caractères, aussi ne m'y risquerais-je pas. Allez plutôt chercher l'original (il est même téléchargeable en pdf) et lisez-le à tête reposée, il en vaut largement la peine.

Je souhaite à Patrick un franc succès dans cette entreprise originale, où il semble avoir trouvé un épanouissement qui fait plaisir à voir. J'espère que son proverbe californien favori (do what you love, and money will follow, en Français: fais ce que tu aimes, et l’argent suivra) se vérifiera. En tout cas, chapeau pour la démarche, pour l'honnêteté intellectuelle et pour la prise de risques!

Partager cet article

Repost0
29 avril 2006 6 29 /04 /avril /2006 20:49
J'avais déjà parlé du site Lighthouse in a tree (le phare dans un arbre) ouvert par un ami.

Après seulement quelques mois, ce site consacré à la vente en ligne de tirages photos de haute qualité se voit recommandé par Captain Web, le "Michelin" des sites marchands.

C'est une belle réussite pour mon ami Doigts dans la rizière (son pseudo lorsqu'il vient laisser un commentaire ici) et une juste reconnaissance de son travail et de celui des photographes et tireurs qui lui font confiance.

Par ailleurs, à l'occasion de la sortie de l'ouvrage Fleur de henné de Michèle Maurin, aura lieu le 18 mai à 18h30 une projection réalisée par Linatree dans le cadre des jeudis de l'IMA. Etant donnée la qualité du site, cela promet. Cohérence oblige, les tirages des photos de Michèle Maurin font appel à un procédé exclusif de ... virage au Henné!

Avis aux amateurs de belles photographies, il faut désormais compter avec Linatree.

Partager cet article

Repost0
27 avril 2006 4 27 /04 /avril /2006 13:30
La revue canadienne Haïkaï lancée début 2006 et dont trois numéros ont déjà été publiés évolue. Et quelle évolution, puisque Guy Boulianne, instigateur de cette revue sur son site Mille poètes, vient d'en confier la direction littéraire à André Duhaime!

Figure majeure du haïku au Québec, André est le créateur du site de référence Haïku sans frontières.

Haïkaï se donne ainsi les moyens de devenir une revue majeure dans le paysage du haïku francophone.  Je cite le courriel reçu d'André Duhaime:

Cette revue sera une vitrine pour:
  1. le HAIKU (idéalement 9 haïkus maximum par poète par numéro, présentation de 3 haïkus par page),
  2. le TANKA (idéalement 6 tankas maximum par poète par numéro, présentation de 2 tankas par page),
  3. le RENKU (un ‘kasen’ ou 36 chaînons maximum par poète par numéro, présentation sur 6 pages),
  4. le HAIBUN (proses brèves accompagnées de haïkus; présentation sur 2 ou 3 pages par poète)
  5. des articles sur ces formes poétiques.
Le contenu de la revue va donc s'étoffer significativement. Parallèlement, elle va devenir bimestrielle (elle était jusqu'ici mensuelle), ce qui s'explique sans doute par un travail de lecture, de sélection des textes et de mise en forme accru.

Comme je le disais lors de la parution du numéro 1, le succès et la crédibilité d'une telle revue ne peuvent se concevoir à terme sans une sélection des poèmes à paraître. Déjà, quelques personnes sur haiku-fr s'étaient interrogées sur les critères de publication, quelques poèmes parus s'éloignant en effet des critères constitutifs du haïku.

En sollicitant André Duhaime, Guy Boulianne met donc tout le monde d'accord sur l'avenir de Haïkaï.

Pour ma part, je continuerai à soumettre des haïkus à la revue, sachant qu'une sélection par André ou son comité de lecture me comblerait de joie.

Bientôt l'épreuve du feu ...

Partager cet article

Repost0
18 avril 2006 2 18 /04 /avril /2006 08:06
Sur une idée de Solenn, relayée par Allie puis par Taïan Akita, j'ai le plaisir de vous présenter ma PAL, c'est à dire ma Pile A Lire (cliquez sur l'image pour la voir en grand format).

Comme bien des lecteurs à l'appétit solide, j'accumule les livres à lire au gré de mes trouvailles et de mes centres d'intérêt.  J'ai trouvé sympathique cette idée de rassembler tous les livres en attente et de faire un petit bilan. D'une part cela permet de faire le point, d'autre part de mettre (peut-être) un frein salutaire à la frénésie d'achat (on peut toujours rêver...)
Il faut dire que j'ai grandi au milieu des livres. Ma mère est une lectrice boulimique, de même que mon père, qui a travaillé toute sa vie dans le livre d'Art. Pour un ami éditeur de bibliphilie, il avait même écrit les textes très intéressants et pédagogiques  d'un site web que j'avais réalisé. Dans la maison de mon enfance, où que le regard se pose, on trouve une bibliothèque. L'un de mes plus ancien et plus persistant souvenir est celui des étagères déformées par le poids des livres!

Voici donc ma PAL courante. On y trouve de nombreux recueils de poésie évidemment, mais aussi des ouvrages consacrés à la photographie et au web. Dans le désordre:

  • Le Zen des CSS de David Shea/Molly Holzschlag (livre technique, c'était pour relooker mon blog )
  • la notice de mon Nikon D200
  • Le langage de l'image de Réné Bouillot et Bernard Martinez
  • Comment photographier celle que vous aimez de Bertrand Machet. Un livre de bon conseil pour faire de ma chérie une star (c'en est une, de toutes manières).
  • L 'essentiel de l'éclairage, de Chris Weston
  • Pratique de l'exposition en photographie de Bryan Peterson
  • Cinq méditations sur la beauté, de François Cheng
  • Eloge de l'ombre, de Junichiro Tanizaki. Un livre conseillé par plusieurs membres de la liste haiku-fr et permettant de comprendre l'esthétique japonaise (peut-être!)
  • Le saké, la lune et l'amour, une sélection de poèmes japonais traduits par Alain Kerven
  • Les belles endormies, de Kawabata, dans la très belle éditions d'Albin Michel, illustrée des superbes et troublantes  photos et illustrations de Frédéric Clément (que vous pouvez retrouver sur son blog)
  • Dans la boîte à clous tous les clous sont tordus, de Hosai
  • Poèmes de ma hutte de montagne, de Saigyo
  • Le mangeur de kakis qui aime les haïkus, de Shiki
  • Le  voyage d'un peintre chinois en Bretagne, de He Yifu dont j'avais déjà le magnifique Voyage d'un peintre chinois à Paris
  • Le  n°6 hors-série du Point consacré aux textes fondamentaux de l'hindouisme, du bouddhisme et du Taoïsme.
  • et enfin, mais non des moindres (surtout pour toi Taïan ) l'extase du thé, sélections de poèmes chinois aux éditions Moudarren.
De longues heures de lecture en perspective, donc. En fond musical, Mozart bien sûr, et sa fameuse intégrale.
Une idée sympathique (et déjà en voie de réalisation, donc) serait  que tous les amateurs de livres tenant blog  présentent aussi  leur PAL et fassent des trackbacks sur les PAL (les PAUX???) des autres afin de se donner mutuellement des idées de lecture. Une belle chaîne littéraire à forger?

Partager cet article

Repost0
17 avril 2006 1 17 /04 /avril /2006 12:03
Le seul vrai voyage de la découverte ne consiste pas à chercher des nouveaux horizons mais à avoir des yeux nouveaux.

Marcel Proust

Quel paradoxe. Citer Proust sur un blog consacré au haïku. Proust et ses images sophistiquées. Proust et sa phrase longue et contournée, assemblant avec art les subordonnées conjonctives dans tous les sens. Bref, tout le contraire du haïku.

Et pourtant...  Relisez cette phrase, pour une fois courte et directe. Le haïku ne trouve-t-il pas du poétique dans le prosaïque, dans le quotidien, simplement par un changement de point de vue? Par un oeil neuf. 

Proust haïjin? Peut-être, dans l'esprit en tout cas.

Partager cet article

Repost0
8 avril 2006 6 08 /04 /avril /2006 21:57
Vous l'avez sans doute remarqué, le pied de page de Manteau d'étoiles comporte un haïku accompagné d'un idéogramme, le tout changeant chaque semaine.

Il s'agit de l'anneau haïku, l'une des sympathiques initiatives de Marylène Lallemand.

Son site se visite comme ces maisons de campagne aux multiples pièces, chacune avec sa personnalité: le salon Cocteau, le petit haïku illustré, son forum Bleu sans limite (d'après un haïku de Santoka), l'Egypte ancienne et j'en passe.


 De nombreux sites consacrés au haïku accueillent le poème qu'elle sélectionne chaque semaine  et accompagne d'un idéogramme choisi avec soin. Cette semaine, Marylène m'a fait le plaisir de publier l'un des miens, ce dont je la remercie:


Caranthir est tout simplement la traduction de mon prénom en langue elfique. Je suis en effet depuis longtemps un amateur de Tolkien (bien avant les films qui en ont été tirés). J'utilise ce pseudo sur les forums où j'interviens. Quant à l'idéogramme, c'est celui du mot "voyage" (ryokoo).

Quoiqu'il en soit, visitez le site de Marylène, je serais étonné que vous ne le mettiez pas dans vos favoris. Fraîcheur, enthousiasme et sincérité, je n'en dis pas plus, elle m'en voudrait (car elle est en plus modeste).
 
 

Partager cet article

Repost0
5 avril 2006 3 05 /04 /avril /2006 15:05
Marion (qui signe souvent ses mails ironiquement Marion nette) est un cas un peu à part, du moins je le trouve, dans le cercle de nos amis haïjins.

A part à cause de sa vivacité, de sa joie de vivre, de son éclectisme, car elle est loin de se limiter au haïku. Sa signature de courriel ne compte pas moins de quatre ou cinq sites, dont un blog consacré au haïku, senryû et tanka, deux ou trois wikis, une section tankas sur le site de la Vénus littéraire ainsi que le laboratoire Lubréaction, une section sur le site poésie francophone, son site de poésie et contes etc.

Bref, Marion déborde d'idées et d'activités. En lisant sa poésie, les mots qui me viennent spontanément sont, en vrac, flamboyant, sensuel, frémissant, érotique, mystérieux, vivant, gourmand ...

Une plume à découvrir, à partager, à lire sans retenue. J'apprécie les gens qui mordent dans la vie à pleines dents, comme un gamin qui laisse avec délice le jus d'une pêche bien mûre couler sur son menton. En toute gourmandise, en toute innocence.

Quelques morceaux choisis:

Voici ma maison
D’eau de mousse, d’arbres noués
Lieu d’apaisement
 
Entre vert et mauve
L’arbrisseau du moulin d’eau
Les racines au frais
 
Les doigts peignant l’eau
J’échevelle  doucement
Mes trésors secrets

Mélange des blés
Danse échevelée d’épis
C’est le plein été

La suite sur les sites de Marion. Bonne lecture!

Partager cet article

Repost0
1 avril 2006 6 01 /04 /avril /2006 21:37
Revue littéraire Haïkaï N°1 - février 2006Oups ...  j'ai dû avoir des problèmes de courrier électronique, car je n'avais pas reçu l'avis de parution du N°2 de la revue Haïkaï (mars). De ce fait, je n'ai pas non plus contribué au numéro 3 (avril), qui vient de paraître. Dommage!

La liste des auteurs ainsi que le formulaire de commande se trouvent ici.

Rappelons que cette revue, éditée par le site canadien Mille Poètes, se distingue par une réalisation particulièrement soignée. On peut la commander en format pdf bien sûr, mais il serait dommage de se priver de son beau papier crème et de sa couverture pelliculée.

Bonne lecture!
 

Partager cet article

Repost0