Choses à (a)voir

Liens malins

VNBjeparticipe01E


Changez pour Firefox!

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Référencé par MesBlogs.com

Guide Web - annuaire gratuit

présent sur bonWeb.com

Wikio - Top des blogs - Litterature

Ajouter à Mon Yahoo!

Référencement blog


Référencé par Blogtrafic


Boosterblog

Obtenez des aperçus gratuits à partir de Snap.com

Blog déposé sur Copyright-France.com

Devoticons

Pour faire un lien sur mon blog, choisissez une image!
 

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Recherche

Texte Libre

Ce blog est né d'un haïku. Le voici ...

couché sur l'herbe
dans mon manteau d'étoiles
j'ai dormi

A tout moment, vous pouvez revenir à la page d'accueil en cliquant sur la bannière ou sur l'image de droite. Si vous êtes perdus, vous trouverez aussi de l'aide ici. Bonne visite!

Archives

Manteau d'étoiles



Bienvenue sur le blog haïku de Richard (alias Yamasemi), principalement consacré au haïku et au senryû, un style de poème court venu du Japon.

Découvrez mon itinéraire dans l'écriture, une présentation des Maîtres du haïku et mes propres haïkus et senryûs au fil des jours. Vous trouverez plus d'informations sur ce blog dans la page d'aide.

Vous pouvez si vous le désirez réagir sur chaque article en utilisant le lien "Ajouter un commentaire" et, si vous avez apprécié votre visite, vous pouvez aussi recommander ce blog.
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 13:13
Je réagis rarement aux sujets d'actualité, mais la libération d'Ingrid Betancourt après six ans de captivité dans la jungle est le genre de nouvelle matinale qui donne le ton de la journée.

infos du matin
Ingrid Betancourt libérée
- rayon de soleil


Ce qui me frappe sur les premières images venues de Colombie, c'est ce visage à la fois heureux et pourtant marqué, si marqué que sa mère, dans les bras de laquelle Ingrid tombe à sa descente d'avion, paraît plus jeune qu'elle.

liberté !
mère et fille enlacées
- confondues


Sur l'une des photos, Ingrid Betancourt a le soleil dans l'oeil. La lumière enfin, après des années de captivité dans la pénombre de la jungle.

yeux plissés -
elle la regarde en face
la liberté


descente d'avion
au loin un oiseau s'envole -
ne plus l'envier

Partager cet article

Repost0
16 décembre 2007 7 16 /12 /décembre /2007 22:45
L’attente est pareille à des ailes. Plus les ailes sont fortes, plus le vol est long.

Djalal Al-dîn Rûmi

A méditer ...

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2007 6 08 /12 /décembre /2007 22:44
Sans amour, le monde serait inanimé.

Djalal Al-dîn Rûmi

Partager cet article

Repost0
25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 22:31
La femme est le rayon de la lumière divine.

Djalal Al-dîn Rûmi - Mathnawi

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2007 2 20 /11 /novembre /2007 16:44
Sous le plancher de la maison d'un pauvre homme se trouve un trésor, mais comme il n'en connaît pas l'existence, il ne pense pas qu'il est riche.

De même, à l'intérieur de son esprit se trouve la vérité elle-même, ferme et éternelle.

Pourtant, comme les êtres ne la voient pas, ils ressentent un flux continuel de malheur.

Le trésor de la liberté réside dans la maison de l'esprit;
les bouddhas renaissent avec pureté dans ce monde de telle sorte que ce trésor puisse être révélé.

(Le continuum incomparable, Bouddha Maitreya)


(extrait du Bouddhisme pour les nuls)

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2007 1 12 /11 /novembre /2007 21:01
Chaque moment est le bon moment
et chaque endroit est le meilleur endroit.
Si seulement vous percevez cela de tout votre coeur.

Panshan

Partager cet article

Repost0
28 octobre 2007 7 28 /10 /octobre /2007 12:26
Le kôan est une phrase courte paradoxale ou apparemment absurde utilisée par l'école Rinzai du Zen comme objet de méditation pour déclencher l'éveil.

On le sait, il existe un débat entre ceux qui présentent le haïku comme la poésie du Zen et ceux qui pensent que le Zen n'a rien à voir là-dedans. Il s'agit d'une discussion sans fin, largement argumentée de part et d'autre et qui n'aura manifestement jamais de conclusion.

Voici toute fois ce que disait Bashô, le "père" du haïku à ses disciples :

Si vous avez un bâton, je vous le donnerai, si vous n'avez pas de bâton, je vous l'ôterai.

Un vrai kôan, et de quoi relancer l'éternel débat ...

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2007 6 22 /09 /septembre /2007 20:16
J'ai toujours été fan de rugby. Mon père m'a donné le virus,  et je me suis toujours demandé comment  son vieux fauteuil avait résisté à son enthousiasme contagieux mais percutant à chaque belle action en une quarantaine d'année de tournoi des cinq (maintenant six) nations...

J'avais évidemment été consterné par l'entame catastrophique de la coupe du monde par les Bleus.  Une équipe de France méconnaissable,  je n'avais jamais vu notre quinze jouer aussi mal. Le second match contre la Namibie a été nettement meilleur, mais le vrai test, c'était hier soir face au légendaire "fighting spirit" des Irlandais.

Autant le dire tout de suite : si j'apprécie un beau match de football, je déteste tout ce qui gravite autour, et notamment l'antagonisme des supporters. Des hymnes sifflés, des bagarres, des pétards dangereux jetés sur le terrain, des magasins et des voitures vandalisées, où est l'esprit sportif dans tout ça ?

Le rugby, sport de mouvement, de création, de générosité dans l'effort, s'accompagne au contraire  d'un grand respect et d'une grande convivialité parmi les supporters. Je me souviens d'avoir assisté à un France-Irlande au Parc des Princes, et malgré leur défaite, les Irlandais et nous étions allés faire la fête tous ensembles.

J'écoutais France-Info dans ma voiture hier en rentrant et l'ambiance était toujours aussi bonne au Stade de France avant le match. Lorsque des Irlandais se mettent à chanter et croisent des bandas du Sud-Ouest de la France, eh bien les seconds accompagnent les premiers !

France-Irlande
Molly Malone et bandas
à l'unisson

Pourvu que ça dure !  Le rugby se professionalise, j'espère que les enjeux financiers ne viendront pas pourrir ce "sport de voyous joués par des gentlemen". Lorsqu'on voit toute la publicité faite autour de cette coupe du Monde et son traitement médiatique franchement trop "foot" par TF1, on peut le craindre ...

En attendant, après ce beau 25 à 3, on se prend à rêver, car le XV tricolore monte en puissance. Allez les petits ! comme disait Roger Couderc.

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2007 2 18 /09 /septembre /2007 14:26
Les aventures de la Diva et du Toreador, fantaisie lyrique de Raphaëlle Farmann et Jacques Gay

Je viens de voir un spectacle des plus réjouissants. Si vous aimez l'art lyrique et que vous passez par Paris, vous allez vous régaler. Si vous ne connaissez pas ou croyez ne pas aimer, Raphaëlle Farmann (soprano) et Jacques Gay vont vous faire découvrir le lyrique de la plus agréable et vivante des façons. Deux grandes voix, deux tempéraments d'enfer, ils ont monté ensemble la compagnie Opéra en fête, qui produit donc aujourd'hui ces  succulentes aventures de la Diva et du toréador.

L'argument (un peu de culture : on ne parle pas de l'histoire d'un opéra, encore moins de son scénario, mais de son argument) : une veuve riche et point trop éplorée fait la connaissance d'un toréador célèbre et un tantinet imbu de sa personne. C'est bien sûr le coup de foudre, très vite compromis par un léger quiproquo ... que je ne dévoilerai pas évidemment !

De cette situation de départ, veuve joyeuse mâtinée de Carmen et de vaudeville, va découler un spectacle jouissif, prétexte à entendre de grands airs du répertoire lyrique, de l'opérette, et même de comédies musicales ou de jazz.

Cette "fantaisie lyrique" (appellation controlée ;-) menée à un rythme d'enfer réjouira autant les novices en matière de bel canto que les connaisseurs (mais pas les puristes, mais on s'en moque). Les premiers découvriront (ou redécouvriront) des airs célèbres, les seconds goûteront avec délice un humour au second degré. Pêle-mêle, on entend passer le brindisi de la Traviata, l'air du toreador de Carmen, le Don Juan de Mozart qui, par le génie des variations de l'excellent pianiste Fabrice Coccitto, débouche sur West Side Story, Véronique, la Veuve Joyeuse, la  Vie parisienne et j'en passe !

Le tout est servi par l'enthousiasme des interprètes impeccables, qui s'amusent comme des petits fous pour le plus grand plaisir du public. Outre le pianiste déjà cité, Raphaëlle Farmann est une diva charmante, capricieuse et piquante (en cuir noir, c'est pas triste ...)  et Jacques Gay un toréador attachant qui n'a pas peur de l'autodérision (la séquence du gondolier est à se tordre) .

C'est une excellente manière de populariser l'art lyrique. Encore une fois, seuls les puristes pour qui ce genre de musique s'écoute la tête dans les mains avec un air pincé n'aimeront pas, mais qu'importe ?

Bref, un spectacle excellent à déguster sans réserve jusqu'au 17 décembre au théâtre de la Gaîté-Montparnasse.

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 21:21
L'homme est un oeil ; la vision est en toi la seule chose qui compte ; transforme ton corps tout entier en vision ; deviens regard, deviens regard.

Djalal al Din Rûmi (1207-1273)

Un conseil à suivre tout particulièrement si l'on veut écrire  des haïkus. Curieux comme certaines maximes du grand mystique persan sont parfaitement adapté à l'art poétique d'une culture qui paraît si éloignée dans le temps et dans l'espace. Peut-être parce que tous deux, à leur manière, touchent un point essentiel de l'âme humaine.

Partager cet article

Repost0