Choses à (a)voir

Liens malins

VNBjeparticipe01E


Changez pour Firefox!

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Référencé par MesBlogs.com

Guide Web - annuaire gratuit

présent sur bonWeb.com

Wikio - Top des blogs - Litterature

Ajouter à Mon Yahoo!

Référencement blog


Référencé par Blogtrafic


Boosterblog

Obtenez des aperçus gratuits à partir de Snap.com

Blog déposé sur Copyright-France.com

Devoticons

Pour faire un lien sur mon blog, choisissez une image!
 

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Recherche

Texte Libre

Ce blog est né d'un haïku. Le voici ...

couché sur l'herbe
dans mon manteau d'étoiles
j'ai dormi

A tout moment, vous pouvez revenir à la page d'accueil en cliquant sur la bannière ou sur l'image de droite. Si vous êtes perdus, vous trouverez aussi de l'aide ici. Bonne visite!

Archives

Manteau d'étoiles



Bienvenue sur le blog haïku de Richard (alias Yamasemi), principalement consacré au haïku et au senryû, un style de poème court venu du Japon.

Découvrez mon itinéraire dans l'écriture, une présentation des Maîtres du haïku et mes propres haïkus et senryûs au fil des jours. Vous trouverez plus d'informations sur ce blog dans la page d'aide.

Vous pouvez si vous le désirez réagir sur chaque article en utilisant le lien "Ajouter un commentaire" et, si vous avez apprécié votre visite, vous pouvez aussi recommander ce blog.
9 septembre 2006 6 09 /09 /septembre /2006 20:58
Ce fut léger, silencieux, mais elle était bien là:

discrètement
la première feuille morte
sur mon épaule

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2006 5 08 /09 /septembre /2006 08:24
ce côteau doré
au milieu des vignes
chargées de grappes
c'est là que j'ai appris
que j'allais à nouveau être père

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2006 3 06 /09 /septembre /2006 21:17
Je reviens sur notre escapade dans le Gard provençal.
Barjac est situé entre les vallées de l'Ardèche et de la Cèze. La seconde, moins connue que la première, offre pourtant de très belles promenades et une eau tout aussi propice à la baignade. On trouve ainsi tout aussi bien de l'eau vive aux cascades du Sautadet sous le joli bourg de La Roque sur Cèze, que des gravières où des plages se prêtant plus à la baignade familiale. C'est là que nous avons choisi de profiter de ces eaux claires et fraîches. Quel plaisir d'apercevoir des goujons qui me rappelaient ceux que je pêchais près du moulin de Jarcy étant enfant.

pieds nus dans l'eau fraîche
pêchant les goujons qui me
chatouillent les orteils

J'aime les eaux vives, elles m'ont toujours attiré. Je m'y sens bien, j'aime leur murmure, leur haleine fraîche d'herbes aquatiques. Je m'y ressource.

la rivière fraîche
où je viens de me baigner
souvenirs d'enfance
mais mon reflet dans ces eaux
est celui d'un homme mûr

Entre ciel et eau, le cortège des nuages défilait. Les nuages sont une grande source d'inspiration pour tous les poètes, haïjins compris. Je crois que je serai content de mes haïkus le jour où ils parviendront à rendre compte des errances mouvantes et silencieuses des nuages.

reflets dans l'eau -
un banc de goujons
sort des nuages

dans l'écoulement
des nuages d'altitude
je sens celui du temps

La Cèze, comme les autre rivières du département, charrie de l'or, fait connu depuis l'antiquité, et des orpailleurs y opèrent encore. Je n'ai pas vraiment cherché de l'or dans son lit, et pourtant ...

la rivière -
le seul or que j'y ai trouvé
celui du couchant

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2006 5 01 /09 /septembre /2006 08:35
Nous venons de faire une petite escapade dans le Sud à l'occasion du mariage de deux de nos amis.
Fuyant les frimas parisiens, nous avons pris le TGV en direction d'Avignon, où nous avions réservé une voiture pour rejoindre le Gard.

C'était la première fois que Florian prenait le TGV et voyait une gare aussi vaste que la gare de Lyon. Dans la salle des pas perdus, j'aime ces complicités fugitives qui se nouent instantanément:

hall de gare
deux papas leur fils dans les bras
sourires complices

Florian est resté très calme dans le train, regardant défiler le paysage sans s'en étonner avant de s'endormir paisiblement. 

Pour ma part, si mon précédent voyage en TGV m'avait inspiré nombre de haïkus, celui-ci n'en a produit qu'un, à mesure que nous nous éloignions du mauvais temps:

dégradé de verts
le côteau piqué de vaches
léché par la brume

La voiture récupérée à Avigon, une petite heure de route nous a suffi pour arriver à Barjac, dans le Gard provençal entre les vallées de l'Ardèche et de la Cèze. Une chambre typiquement dans le goût du pays nous attendait là au Mas du Terme.

Alors que nous arrivions sur le parking du Mas, entouré de vignes et de lavande, j'ai aperçu une de ces scènes qui met tout de suite dans l'ambiance:

crépuscule tiède
une buse s'élève en cercles
au-dessus des vignes

La réception du mariage avait lieu dans la soirée. Très sympathique, car c'était un "petit" mariage (moins de cinquente personnes) ce qui permet de faire connaissance et de discuter.

Sorti prendre l'air dans la fraîcheur nocturne, je me suis retrouvé entre les vignes, les oliviers et les étoiles, situation que j'apprécie particulièrement. La ville, entre autres nuisances, nous prive définitivement de la nuit, avec ses éclairages urbains mal gérés. Ayant tâté de l'astronomie en amateur, savez-vous que pour avoir une nuit noire, les parisiens doivent aller jusque dans le Morvan? Plus près, la pollution lumineuse de l'agglomération est toujours présente.

Rien de tel dans ce coin du Gard, heureusement, et la voie lactée se déployait dans le ciel dans toute sa splendeur:

l'olivier au tronc noueux
ses feuilles brillant doucement
sous la voie lactée

sous la voie lactée
le jeune olivier au tronc blanc
droit vers le ciel

Les rangs de vignes lourdes de raisin se déployaient sous ce ciel de fin d'été:

debout dans les vignes
le chant flûté des grillons
profonde paix

Pour vous, un peu de cette quiétude. Fermez les yeux, détendez-vous et écoutez:
 

Partager cet article

Repost0
30 août 2006 3 30 /08 /août /2006 09:19
De retour de notre balade gardoise, j'ai appris que la région parisienne n'avait pas été épargnée par la pluie.
Il semble cependant que nous ayons ramené du soleil, à défaut de chaleur. Ce n'est en effet plus le chaud soleil du plein été, mais déjà celui de septembre, plus bas sur l'horizon, éblouissant dans l'air cristallin que la pluie à lavé de toutes les poussières, le pollen et les bestioles de l'été:

matin transparent
le soleil fait un bijou
d'une cheminée

Comme à chaque retour de voyage, il y a du rangement à faire. Je remets donc à plus tard les haïkus et senryûs issus de notre escapade.

Partager cet article

Repost0
12 août 2006 6 12 /08 /août /2006 17:49
Pendant que les nordistes se lamentaient du temps maussade sur haiku-fr, notre ami Philippe Quinta nous parlait du soleil et de la sécheresse au bord de la Méditerranée.

Il faut dire qu'ici, cela ne s'arrange pas:

la pluie dense et froide
sur les frondaisons luisantes
on dirait l'automne

Cela se calme, on croit à l'éclaircie, et puis ça repart:

détachées du ciel
les premières grosses gouttes
dans la pierre à encre

(Note: il s'agit de la pierre utilisée pour préparer l'encre dans la calligraphie et la peinture au lavis japonaise  sumi-e )

réfugiés sous l'arbre
aussi trempés l'un que l'autre
un père et son fils

Quant à Philippe, je lui dédie en matière de clin d'oeil ce tercet, lui qui est encore au soleil (veinard!)

l'arbre sur la place
considère avec envie
l'eau de mon pastis

qui est un clin d'oeil à Issa, que Philippe et moi apprécions au plus haut point (nous venons d'acheter en même temps son chef-d'oeuvre,  Ora Ga Haru , dans la belle édition de Cécile Defaut):

le pivert
considère
le bois de ma chaumière

et

avec quel regard d'envie
l'oiseau en cage
suit des yeux un papillon!

Partager cet article

Repost0
11 août 2006 5 11 /08 /août /2006 11:36
J'ai dû refermer mon blouson au parc! et j'ai dû rentrer pour manger mon dessert. Cette fois c'est sûr, l'été n'est plus qu'un souvenir. Un petit vent vicieux nous poursuit et le ciel de traîne d'hier, porteur d'espoir, est d'une uniforme et déprimante grisaille pour un 11 août.

Juste avant que les nuages ne se referment, j'ai pu prendre cette photo, qui va me permettre de m'essayer au photo-haïku cher à Dominique Chipot:



de l'ombre à la lumière
et de la lumière à l'ombre
cheminant

Enfin, une note à l'attention de celles et ceux qui pourraient s'étonner de constater la disparition mystérieuse de deux des quatre haïkus d'hier. L'explication est simple: ils étaient mauvais! La seule explication plausible tient à la fatigue et peut-être au refroidissement qui a dû affecter mes cellules grises (ma cellule grise?) et mon sens (auto)critique.

Plus sérieusement, ces deux haïkus reviendront, sévèrement remaniés, car ils correspondent tout deux à de véritables "moments-haïkus", mais la formulation en était très maladroite. Je dois avoir besoin de vacances!

Partager cet article

Repost0
10 août 2006 4 10 /08 /août /2006 20:58
Un ciel très changeant aujourd'hui. On voit réapparaître des pulls, des imperméables ou même des manteaux pour les plus pessimistes. Au gré des éclaircies, la température n'a pas cessé de varier, le tout sous un petit vent frais.

ciel de traîne
le soleil sur la terre humide
écarte les nuages

au bord du chemin
sur le dos un pigeon mort
l'été se dérobe

J'hésite à rebasculer le blog en automne ...

Partager cet article

Repost0
8 août 2006 2 08 /08 /août /2006 15:08
Nous avions cru pouvoir y couper, mais l'orage prévu hier a bel et bien éclaté. Le ciel est devenu noir en l'espace de quelques minutes avant que la pluie  ne tombe dru. Cette première semaine d'août n'est décidément pas très engageante.

courant d'arbre en arbre
le chuchotement du vent
plus un chant d'oiseau

ciel bleu-noir d'orage
le bâton d'encre sur la pierre
chante à l'unisson

aveugle et nu
il relève pourtant la tête
le lombric

Partager cet article

Repost0
7 août 2006 1 07 /08 /août /2006 09:43
J'ai déjà évoqué discrètement ça et les problèmes de santé de ma mère. Nous sommes allés la voir hier et je ne ressors jamais tout à fait intact de ces visites. Je n'en dirai pas plus, mais il y a certaines maladies que je ne souhaiterais pas à mon pire ennemi.

mon village natal
par la flèche de l'église
piqué sur sa colline

menthe sauvage
l'haleine de la rivière
au long du sentier

maison de mon enfance
l'écho du bonheur passé
n'éveille plus ma mère

Cependant, le soleil est revenu et avec lui les couleurs de l'été.

Partager cet article

Repost0