Choses à (a)voir

Liens malins

VNBjeparticipe01E


Changez pour Firefox!

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Référencé par MesBlogs.com

Guide Web - annuaire gratuit

présent sur bonWeb.com

Wikio - Top des blogs - Litterature

Ajouter à Mon Yahoo!

Référencement blog


Référencé par Blogtrafic


Boosterblog

Obtenez des aperçus gratuits à partir de Snap.com

Blog déposé sur Copyright-France.com

Devoticons

Pour faire un lien sur mon blog, choisissez une image!
 

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Recherche

Texte Libre

Ce blog est né d'un haïku. Le voici ...

couché sur l'herbe
dans mon manteau d'étoiles
j'ai dormi

A tout moment, vous pouvez revenir à la page d'accueil en cliquant sur la bannière ou sur l'image de droite. Si vous êtes perdus, vous trouverez aussi de l'aide ici. Bonne visite!

Archives

Manteau d'étoiles



Bienvenue sur le blog haïku de Richard (alias Yamasemi), principalement consacré au haïku et au senryû, un style de poème court venu du Japon.

Découvrez mon itinéraire dans l'écriture, une présentation des Maîtres du haïku et mes propres haïkus et senryûs au fil des jours. Vous trouverez plus d'informations sur ce blog dans la page d'aide.

Vous pouvez si vous le désirez réagir sur chaque article en utilisant le lien "Ajouter un commentaire" et, si vous avez apprécié votre visite, vous pouvez aussi recommander ce blog.
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 10:53
sous le drap blanc
l'ombre sombre du point culminant
féminin

Partager cet article

Repost0
17 septembre 2007 1 17 /09 /septembre /2007 16:58
ciel de perle  -
le grand marronnier n'est plus
qu'un chant d'oiseaux

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2007 6 15 /09 /septembre /2007 09:48
regret de l'été -
la corneille aux reflets rouges
sur les rails rouillés

(On confond souvent la corneille noire avec le corbeau freux. La corneille est entièrement noire - y compris le bec- et présente des reflets bruns-rouges. Au contraire, le corbeau possède une zone de peau blanchâtre autour du bec et son plumage présente plutôt des reflets bleus. En outre, il est plutôt campagnard alors que la corneille est plus volontiers citadine. Fin de l'intermède ornithologique. On l'aura compris, je m'intéresse beaucoup aux oiseaux. J'ai dû être piaf dans une vie antérieure ...)

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2007 2 11 /09 /septembre /2007 08:18
Les petits tests apparemment futiles comme celui d'hier ne sont pas si anodins. Vous avez sans doute vu que le site qui l'hébergeait en abritait bien d'autres. Pourquoi certains nous intéressent-ils et d'autres pas du tout ? Que révèle sur notre vraie personnalité tel ou tel choix ?

Cette question me trottait dans la tête ce matin et jointe à l'expérience du moment présent, a donné ceci :

matin de septembre
au ciel transparent j'accorde
la couleur de mon âme

Nous sommes aujourd'hui le 11 septembre, date malheureusement significative de douleur pour beaucoup. Pour moi, c'est surtout l'anniversaire de mon père, et je suis désolé qu'il soit désormais "pollué" par ce que vous savez.  Mais ce n'est pas tout.

Le 11 septembre, j'étais avec trois collègues dans un vol American Airlines Paris-Dallas. Nous avons été détournés sur Terre-Neuve lorsque l'espace aérien US a été fermé et nous avons atterri à Gander, un petit aérodrome habitué à recevoir dix avions par semaine. Trente cinq gros porteurs se sont posés là en quelques heures, soit dix mille personnes environ. Nous avons brutalement doublé la population de la petite ville et sommes restés là cinq jours sans savoir quand nous repartirions. Nous avions déjà passé vingt-six heures dans l'avion avant d'être autorisés à en sortir, sans possibilité de communiquer avec l'extérieur, les services secrets étant sans doute occupés à passer au crible les identités de tout ce petit monde. Bref, une ambiance de lourde paranoïa. A notre descente d'avion, nous ignorions à peu près tout des événements qui venaient de se dérouler et nos familles étaient sans nouvelles de nous.

Les habitants de Gander ont été extraordinaires, organisant l'hébergement avec une rapidité et une efficacité phénoménales. Les écoles, gymnases, locaux associatifs ont été mobilisés immédiatement. Le ravitaillement a lui aussi été rapidement organisé, et je me souviendrai toute ma vie de la patinoire municipale transformée en réfrigérateur géant pour conserver le nourriture nécessaire à ce brutal afflux de touristes involontaires. Les habitants ont massivement participé à l'organisation, qu'ils en soient remerciés ici. Leur gentillesse a permis de supporter un séjour inquiétant sur le moment. Imaginez quelques Français perdus au milieu d'Américains traumatisés et remontés, branchés en permanence sur CNN qui repassait en boucle les images des attentats, avec un Colin Powell venant s'exprimer en treillis à la télévision ! Nous pensions tous que la guerre pouvait éclater d'un moment à l'autre et nous ne savions pas quand nous pourrions rentrer chez nous.

Nous sommes finalement repartis pour notre destination d'origine (où nous n'avions plus rien à faire, nos réunions ayant été évidemment annulées) au bout de cinq jours et sommes immédiatement rentrés en France. Pour un peu, j'aurais embrassé le sol à Roissy en descendant de l'avion ...

Voilà donc "mon" onze septembre. Hélas, il a laissé des traces. Ma mère n'a pas supporté le choc, l'inquiétude de ne pas avoir de nouvelles pendant une journée (je rappelle que je volais sur American Airlines, comme le premier avion encastré dans l'une des tours ...) et a commencé peu après à développer la maladie d'Alzheimer qui la ronge depuis ...

Funeste date donc, et malgré cela, envers et contre tout, je te souhaite un bon anniversaire Papa.

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2007 7 09 /09 /septembre /2007 20:44
On dirait le titre d'un film d'Ozu ...

Encore une fois, l'été s'est dérobé en juillet et en août pour faire quelques apparitions en septembre. Nous avons eu hier 26 degrés sur Paris. C'était bien agréable, même si le soleil à cette période de l'année est aveuglant car bas sur l'horizon :

soleil de septembre -
une grosse pomme dauphine
l'été in extrémis

(et tant pis pour la métaphore)

Nous avons dîné chez le frère de Christine et discuté dehors tard dans la nuit. On se serait cru encore en vacances.

tièdeur nocturne
les feuilles de la glycine
frissonnent à peine

Toutefois, les premières feuilles commencent à quitter les arbres, discret prélude à l'automne. On les remarque à peine, emmenées par la brise tiède.

pas tout à fait morte
la feuille de marronnier
s'en va par saccades

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2007 5 07 /09 /septembre /2007 14:30
Bien entendu, c'est lorsqu'on est de retour au bureau que la météo s'arrange ...

L'été est encore là, dans le vol bas des insectes et la transparence du ciel bleu

l'été se termine -
le bégaiement du jet d'eau
sur la vasque vide

Les températures sont de saison, soit moins fortes qu'en plein été, mais un rayon de soleil un peu plus fort  vient parfois nous rappeler que nous ne sommes pas encore en automne, mais dans cette fin d'été alangui baignée d'une merveilleuse lumière dorée :

rayon de soleil
un instant capturé
par un saut de carpe

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2007 3 05 /09 /septembre /2007 15:23
Septembre a toujours été un mois qui m'agite de sentiments divers.

Officiellement, c'est encore largement un mois d'été. Dans les faits, l'automne s'annonce déjà de multiples façons. De plus, c'est le mois de la rentrée des classes.

A mon époque, on rentrait mi-septembre. Généralement, nous rentrions de notre destination de vacances et je passais cette dernière quinzaine à la maison à jouer dans le jardin et aux alentours. L'atmosphère était un peu curieuse, c'était encore les vacances, mais avec une saveur subtile, un je-ne-sais-quoi dans l'air qui en annonçait la fin :

début septembre
derniers jours de liberté
pour le gamin et son chien

Aujourd'hui ce temps me semble à la fois loin et pourtant proche, car l'an prochain Florian connaîtra sa première rentrée des classes.  J'ai encore un souvenir si vif de ces premières années d'école que j'espère comprendre ce qu'il ressentira. En attendant, septembre a toujours cette saveur familière, mi-estivale, mi-automnale et délicieusement nostalgique :

septembre doré
le bruit terne d'un marron
sur une voiture

L'été ? cette année il a été pratiquement inexistant à Paris.  Aussi, lorsque septembre nous gratifie d'un ciel enfin bleu, le parc vosin du bureau est noir de monde :

dernières chaleurs -
des visages au teint blafard
s'offrent au soleil

Eté pourri ou non, c'est tout de même un été qui s'achève :

un été de plus -
les feuilles des marroniers
se frangent de rouge

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2006 2 19 /09 /septembre /2006 11:56
La transition vers l'automne se poursuit, avec un schéma à peu près immuable en ce moment: grisaille, voire pluie le matin, et le soleil qui finit par percer plus ou moins tard dans la journée ou même dans la soirée, juste avant de se coucher.

éclaircie -
le soleil pose un rayon
sur mon épaule

On en profite encore un peu:

dernier café dehors
le soleil me chauffe le dos
été indien

Puis vient le soir avec une merveilleuse lumière dorée:

le jour gris s'étire
jusqu'à ce que le soleil
apporte à la fois
un crépuscule bleu et or
et le regret de l'été

Partager cet article

Repost0
13 septembre 2006 3 13 /09 /septembre /2006 08:19
En septembre lorsque le temps est encore beau, la lumière est magnifique. Les rayons du soleil, plus obliques mais encore puissants, donnent un beau modelé et des tonalités chaleureuses, tout en projetant de grandes ombres mouvantes. J'aime cette lumière qui donne plus de mystère que celle du plein été:

matin de septembre
dans la lumière dorée
un théâtre d'ombres

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2006 1 11 /09 /septembre /2006 19:51
Tout doucement, l'arrière-saison se précise :

l'été se termine
dans les marronniers cuivrés
les premières bogues

et même si les journées sont encore chaudes:

plein soleil -
jusqu'à nos ombres
immobiles

 ce n'est plus la véritable touffeur estivale, et ceci parce que les soirées sont plus fraîches:

septembre à la brune
le ciel bleu teinté de jaune
soleil sans chaleur

Quant aux hirondelles, il n'y en a plus une seule en région parisienne,  le mois d'août maussade les a forcées à se réfugier dans le sud, puisque c'est lors de notre escapade gardoise que je les ai vues pour la dernière fois. Je n'ai même pas pu apercevoir leurs habituels rassemblements sur les fils électriques:

sur les fils électriques
une portée d'hirondelles
le chant du départ

Partager cet article

Repost0