Choses à (a)voir

Liens malins

VNBjeparticipe01E


Changez pour Firefox!

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Référencé par MesBlogs.com

Guide Web - annuaire gratuit

présent sur bonWeb.com

Wikio - Top des blogs - Litterature

Ajouter à Mon Yahoo!

Référencement blog


Référencé par Blogtrafic


Boosterblog

Obtenez des aperçus gratuits à partir de Snap.com

Blog déposé sur Copyright-France.com

Devoticons

Pour faire un lien sur mon blog, choisissez une image!
 

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Recherche

Texte Libre

Ce blog est né d'un haïku. Le voici ...

couché sur l'herbe
dans mon manteau d'étoiles
j'ai dormi

A tout moment, vous pouvez revenir à la page d'accueil en cliquant sur la bannière ou sur l'image de droite. Si vous êtes perdus, vous trouverez aussi de l'aide ici. Bonne visite!

Archives

Manteau d'étoiles



Bienvenue sur le blog haïku de Richard (alias Yamasemi), principalement consacré au haïku et au senryû, un style de poème court venu du Japon.

Découvrez mon itinéraire dans l'écriture, une présentation des Maîtres du haïku et mes propres haïkus et senryûs au fil des jours. Vous trouverez plus d'informations sur ce blog dans la page d'aide.

Vous pouvez si vous le désirez réagir sur chaque article en utilisant le lien "Ajouter un commentaire" et, si vous avez apprécié votre visite, vous pouvez aussi recommander ce blog.
18 mai 2006 4 18 /05 /mai /2006 10:15

TGV

Me voici en déplacement dans le Gers pour affaires. Je supervise le tournage d'un film sur l'Eco-marathon Shell. Il s'agit d'une course énergétique où il s'agit de consommer le minimum de carburant. Mon entreprise soutient une Ecole d'ingénieurs qui a conçu ses véhicules à l'aide de nos logiciels de CFAO. La course se déroule sur le circuit Paul Armagnac à Nogaro. Entre les divers contrôles techniques, essais libres et officiels et la course, me voici dans le Gers jusqu'à dimanche.

J'ai donc pris le TGV pour Bordeaux où une voiture de location nous attendait, moi et le journaliste et le cameraman  dépêchés pour l'occasion.

Il y avait longtemps que je n'avais pas pris le TGV. J'aime bien le train, j'ai toujours aimé ça. Etant gosse, je voulais travailler sur les voies. Je connaissais toutes les locomotives, leurs caractéristiques, les lignes sur lesquelles elles roulaient, les trains célèbres comme le Capitole, le train bleu ou le mythique Orient-Express.

Le paysage défilait vite (Paris-Bordeaux en trois heures, on n'a pas le temps d'amuser les rails), une légère somnolence commençait à m'envahir lorsque j'ai vu une petite scène suggérant  un haïku, plus précisément un senryû. J'ai attrapé mon fidèle carnet et mon stylo et j'ai écrit :

depuis le train
regardant les vaches
qui regardent le train

Les images défilaient de plus en plus vite devant mes yeux, et les haïkus se formaient aussi vite. Dans ces conditions, il n'y a qu'une seule chose à faire: les accueillir et écrire, en essayant de suivre le rythme :

à peine entrevu
le village enroulé
autour de sa colline

vue depuis le train
au milieu des champs rapiécés
la petite église

dans le TGV
traversant une rivière
dont j'ignore le nom

sur le tapis vert
du blé en herbe, au loin
un chêne et un chien

dans le train qui file
laisser courir ma plume
presque aussi vite

dans le TGV
écrivant  des haïkus
pour arrêter le temps

Certains ne supportent pas d'être assis en sens inverse de la marche. C'est le cadet de mes soucis, je trouve même que cela procure des images intéressantes :

dans le TGV
hypnotisé par les arbres
qui courent à l'envers

dans le TGV
les nuages à contre-sens
ne vont pas plus vite

Je ne sais pas exactement combien de temps ce flot de haïkus a coulé en moi, mais ce fut une expérience extrêmement plaisante. La semi-somnolence m'a-t-elle aidé à lâcher prise? Toujours est-il que, fasciné, j'écoutais ma voix intérieure en essayant  de ne rien en perdre. Puis, le jour décrût sur ces deux derniers haïkus:

la journée s'achève
sur le miroir de l'étang
trois saules penchés

des rails polis
croisent des rails rouillés
et puis s'en éloignent

Arrivés à Bordeaux, nous avons chargé nos bagages dans la voiture. Je connais très bien la région, et une petite centaine de kilomètres plus tard, nous sommes arrivés à l'hôtel à Barbotan, station thermale gersoise renommée. L'orage a éclaté presque aussitôt. Il semble que les prévisions météo soient mauvaises jusqu'à dimanche, ce qui n'arrange pas nos affaires... 
Partager cet article
Repost0
16 mai 2006 2 16 /05 /mai /2006 19:14
premières chaleurs -
éclosion de fleurs exotiques
au bois de Boulogne

la belle rousse
jupe de daim et talons hauts
donnant du pain aux oiseaux
Partager cet article
Repost0
14 mai 2006 7 14 /05 /mai /2006 15:53

attaché à l'arbre
devant la boulangerie
un petit chien blanc

 

le temps d'acheter le pain
à la place du blanc
un petit chien roux

 

dimanche matin
devant la boulangerie
déjà l'affluence

Partager cet article
Repost0
10 mai 2006 3 10 /05 /mai /2006 21:14
au-delà des arbres
la tour Eiffel indistincte
matinée de brume

matin de brouillard
deux amoureux enlacés
météo complice
Partager cet article
Repost0
5 mai 2006 5 05 /05 /mai /2006 13:19
courant après sa queue
puis après un papillon
le petit chien au printemps
Partager cet article
Repost0
30 avril 2006 7 30 /04 /avril /2006 12:58
sa moue de poupée
quand elle se fait les lèvres -
bouche d'incendie
Partager cet article
Repost0
28 avril 2006 5 28 /04 /avril /2006 18:56
... ou plutôt saynètes parcisiennes.

(parcisien: mot-valise, de parc et parisien. Qui se passe dans un parc parisien)

Rien de tel qu'une petite balade au parc Montsouris pour apprécier le printemps qui s'installe doucement. Il y a bien un petit vent frais de temps à autre, mais on sent bien que les beaux jours arrivent.

la paquerette
cachée sous un brin d'herbe
je ne vois plus qu'elle

dans le vent d'avril
les marronniers en fleurs
frissonnent aussi

un papillon saute
par-dessus des gamines
qui sautent à la corde

devant les tulipes
des glaces vanille-fraise -
les mêmes couleurs

Dans un coin du parc, une statue est dédié à toutes les Hélènes de France:

la statue d'Hélène
nue dans le vent d'avril
reste de marbre
Partager cet article
Repost0
19 avril 2006 3 19 /04 /avril /2006 14:55
choisissant mon thé
du coffret de bois s'élève
un accord d'odeurs
Partager cet article
Repost0
14 avril 2006 5 14 /04 /avril /2006 14:36
Hier, ma chère et tendre m'a fait une surprise. Elle m'a tout simplement appelé pour me proposer de déjeuner ensemble.

Depuis sa reprise, Christine travaille en effet assez près de chez nous, et curieusement, nous n'avions pas encore percuté sur les avantages que cela pouvait nous offrir pendant ma semaine de congés.

Rendez-vous fut pris dans un nouveau restaurant japonais des environs, et me voilà parti réserver une table avec une curieuse mais très agréable sensation de retour en arrière.  Je me retrouvais transporté il y a six ans,  l'époque de nos premiers rendez-vous, des signes que l'on guette, des doutes et des interrogations qui accompagnent le début d'une relation amoureuse.  Un délicieux mélange d'appréhension et d'excitation. On se cherche, on se jauge. On se demande si tel ou tel geste n'est pas le signe que l'on se plait, puis on se dit que non, que l'on a dû rêver. Et pourquoi pas après tout ? Et ainsi de suite...

Elle m'a rejoint au restaurant, dans une petite rue étroite, ménageant dans la salle juste ce qu'il faut de lumière pour une ambiance romantique. Elle aussi avait l'impression de partir en escapade, à un rendez-vous "d'infidèles" m'a-t-elle soufflé. Etait-ce le printemps ou tout simplement les joies de l'improvisation, mais nous étions à nouveaux des amants, avec tout ce que ce terme recouvre de liberté et d'insouciance.

déjeuner à deux -
des amours buissonnières
la piquante saveur


Ce n'est pas que la vie de couple marié et maintenant la vie à trois avec le bébé nous ait prématurément usés, c'était juste cette impression absurde mais très plaisante de chaparder des instants précieux à on ne sait quoi ou on ne sait qui. Et c'était à la fois délicieux et tendre.

les yeux dans les yeux
ma main effleure la sienne
plus besoin de mots
Partager cet article
Repost0
23 mars 2006 4 23 /03 /mars /2006 09:20
Denfert-Rochereau -
bien au-dessus des manifs
un héron cendré

 
Certains se demanderont pourquoi j'écris sur les hérons, soupçonnant une japoniaiserie quelconque (je ne vise personne .. ou plutôt si, il se reconnaîtra!). Il n'en est rien. J'écris sur les hérons parce que j'en vois depuis toujours : sur l'Yerres, près de la maison de mon enfance à Varennes-Jarcy, dans le bois de Boulogne, que je traverse matin et soir pour aller au travail (épargnez-moi les sous-entendus ...), au pont de Suresnes non loin du bureau.

Dès qu'il y a un peu d'eau et du poisson, vous trouverez des hérons cendrés, même très près des activités humaines. C'était cependant la première fois que j'en voyais un au-dessus de Denfert-Rochereau. Sans doute venait-il du parc Montsouris, qui possède un joli plan d'eau.

Quant aux oiseaux marins, ils remontent de plus en plus loin à l'intérieur des terres et sont communs à Paris. Du reste, la biodiversité de la capitale est surprenante.

au pont de l'Alma
les feux de la tour Eiffel
sur un vol de mouettes

 

 
Partager cet article
Repost0