Choses à (a)voir

Liens malins

VNBjeparticipe01E


Changez pour Firefox!

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Référencé par MesBlogs.com

Guide Web - annuaire gratuit

présent sur bonWeb.com

Wikio - Top des blogs - Litterature

Ajouter à Mon Yahoo!

Référencement blog


Référencé par Blogtrafic


Boosterblog

Obtenez des aperçus gratuits à partir de Snap.com

Blog déposé sur Copyright-France.com

Devoticons

Pour faire un lien sur mon blog, choisissez une image!
 

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Recherche

Texte Libre

Ce blog est né d'un haïku. Le voici ...

couché sur l'herbe
dans mon manteau d'étoiles
j'ai dormi

A tout moment, vous pouvez revenir à la page d'accueil en cliquant sur la bannière ou sur l'image de droite. Si vous êtes perdus, vous trouverez aussi de l'aide ici. Bonne visite!

Archives

Manteau d'étoiles



Bienvenue sur le blog haïku de Richard (alias Yamasemi), principalement consacré au haïku et au senryû, un style de poème court venu du Japon.

Découvrez mon itinéraire dans l'écriture, une présentation des Maîtres du haïku et mes propres haïkus et senryûs au fil des jours. Vous trouverez plus d'informations sur ce blog dans la page d'aide.

Vous pouvez si vous le désirez réagir sur chaque article en utilisant le lien "Ajouter un commentaire" et, si vous avez apprécié votre visite, vous pouvez aussi recommander ce blog.
6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 20:16
dimanche soir -
un morceau de ciel s'échappe
de la fenêtre
Partager cet article
Repost0
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 15:22
Plus de six mois d'éclipse ...

Six mois que je ne parvenais plus à écrire. Une grande fatigue, des remises en question, la longue maladie de ma mère, une grosse crise d'inspiration, pas tout à fait terminée d'ailleurs.

Il m'est arrivé de reprendre mon carnet de haïkus, de jeter quelques idées, mais je n'arrivais pas à aller jusqu'au bout.

Parce qu'il est court, on pense toujours que le haïku est facile à écrire. C'est faux bien sûr. Encore aujourd'hui, j'ai du mal à finir ces trois petites lignes.

La sérénité indispensable à l'écriture du haïku m'avait fuit, elle revient tout doucement. Restait tout bêtement l'envie.

En commençant ce blog, je m'étais lancé un défi personnel : un haïku minimum par jour. J'avais presque réussi à le relever, hormis une première interruption due au surmenage en 2007.

Finalement, ce défi était ... idiot, comme presque tous les défis d'ailleurs. Je m'étais collé sur le dos une obligation supplémentaire, ce dont je n'avais pas besoin, il y en a déjà assez comme ça dans la vie quotidienne.

Et donc, en ce début d'année 2008, j'ai craqué. Fatigue, état quasi-dépressif. Tout me pesait. Même écrire des haïkus, même lire des haïkus. Dans ces circonstances, je n'arrivais même plus à trouver d'apaisement dans le spectacle de la Nature, encore moins à me détendre. Toute sollicitation me parraissait une responsabilité écrasante et insupportable, qu'elle soit professionnelle, amicale ou familiale. Même la méditation n'y pouvait rien.

en méditation
sous mon manteau d'étoiles
- tous ces yeux qui me fixent


Et bien sûr, mon fameux défi poétique quotidien faisait parti des choses à fuir.

Je ne promets donc plus d'écrire tous les jours. Ca viendra quand ça viendra. En attendant, Manteau d'étoiles se pare de ses couleurs d'été en ce premier juillet où le temps de saison augure, je l'espère, d'un retour de l'inspiration.
Partager cet article
Repost0
6 janvier 2008 7 06 /01 /janvier /2008 21:55
dimanche soir -
lentement l'ombre s'avance
avide et poisseuse
Partager cet article
Repost0
22 décembre 2007 6 22 /12 /décembre /2007 22:48
C'était après le bain. Lucie pleurait, elle déteste qu'on la sorte de l'eau. Je l'ai séchée et prise dans mes bras. La petite a calé sa tête au creux de mon épaule et s'est rapidement calmée. Je l'ai bercée doucement et elle s'est endormie. J'entendais son souffle régulier, j'ai alors fermé les yeux pour goûter à ce rare instant de paix et d'équilibre.

les yeux clos
le père berce sa fille endormie
sur son coeur
Partager cet article
Repost0
5 décembre 2007 3 05 /12 /décembre /2007 22:15
Ma chère et tendre étant partie très tôt ce matin en séminaire dans un coin paumé, j'ai dû emmener Lucie et Florian à la crèche. Deux choses m'angoissaient :

1/ que Lucie réclame à manger en l'absence de sa mère
2/ le maniement un peu délicat du porte-bébé en solitaire

Tout s'est passé sans encombre...

M'étant donc acquitté avec les honneurs de cette noble tâche, j'ai mis un point d'honneur à les récupérer ce soir. Là encore, tout s'est bien passé. A un détail près.

montant en voiture
trop vite sorti de la crèche
- surchaussures roses
Partager cet article
Repost0
9 novembre 2007 5 09 /11 /novembre /2007 21:44
j'ai écrit en rêve
mon plus beau haïku puis
je l'ai  oublié
Partager cet article
Repost0
5 novembre 2007 1 05 /11 /novembre /2007 16:17
Je profite d'un jour de grande fatigue  pour revenir sur cette éclipse de six mois (entre le 30 mars et le 4 septembre) où Manteau d'étoiles a été bien délaissé par son auteur.

J'en étais resté à la veille du fameux événement à la Géode où nous avons dévoilé la théorie de Jean-Pierre Houdin concernant la construction de la pyramide de Kheops.

Tout s'est remarquablement bien passé,  et nous avons eu des retombées médiatiques excellentes. Deux ans de travail acharné  pour une étape essentielle dans un projet qui n'est pas encore fini.  On reparlera de Jean-Pierrre Houdin ...

Pour ma part, toute la concentration avant ma présentation du volet 3D scientifique du projet devant les 400 personnes présentes m'avait mis dans un état quasiment second. On aurait pu tirer le canon à côté de moi, je n'aurais pas dévié d'un pouce des explications soigneusement mises au point. En outre, répondre sur scène aux questions de François de Closets, idole d'enfance dont les émissions TV m'ont donné envie de devenir ingénieur, fut un immense plaisir. François est un grand pro doublé d'une personne chaleureuse, et travailler avec lui a été un grand moment.

Après l'événement, j'étais déjà complètement lessivé, comme après tout événement important et longuement préparé. Comme un ressort tendu à mort qui se déplie brutalement. Bien sûr, plus le temps ni l'énergie pour écrire des haïkus. Encore moins l'état d'esprit. J'avais l'impression d'être un projectile lancé avec force et qui ne contrôlait absolument plus sa trajectoire.

A peine un mois plus tard, le 23 avril, ma petite lumière, Lucie, venait au monde.  Une joie immense, encore des émotions fortes durant l'accouchement et la sensation d'être dans un rêve un peu fou. Quel début d'année!

Tout cela, joint à la fatigue restant du projet et à celle de l'accueil de notre nouveau bébé ont fait que j'ai sans doute saturé. Il y a sans doute un seuil d'émotions et de fatigue au delà duquel on ne ne peux plus encaisser quoi que ce soit. La coupe est pleine, il suffit alors d'une goutte pour que tout déborde.

La goutte en question fut de constater une nouvelle dégradation de l'état de ma mère au mois de juillet lorsque nous avons dû la confier pour huit jours à un établissement. Je crois alors avoir frôlé la dépression. J'en présentais de nombreux symptômes : nostalgie absurde et tenace pour les années 70 (celles de mon enfance et de ma préadolescence, quand ma mère était au mieux de sa forme), sensation de vacuité accentuée par une perte d'inspiration, perte d'estime de moi-même, perte d'intérêt pour de nombreuses choses ...

Dans ce contexte, nos quatre semaines de vacances à la Réunion ne purent malheureusement pas recharger mes batteries. Si j'ai récupéré physiquement, il n'en était pas de même nerveusement et je sentais que j'avais vraiment trop tiré sur la ficelle.  Moi qui avait le projet d'écrire des haïkus sur la Réunion en deux langues (Français et Créole), j'arrivais péniblement à en aligner deux ou trois en Français et un en Créole. Je ne les ai toujours pas publiés, insatisfaits de leur qualité. Je me réjouissais de ce retour dans l'île après deux ans d'absence, mais j'étais trop fatigué pour en profiter. J'y suis d'ailleurs tombé malade moins d'une semaine après mon arrivée, mes défenses immunitaires totalement à plat. Ne parlons pas de mon état d'esprit, sombre, torturé et irritable. C'est le moment que choisit notre aîné Florian pour nous faire sa "crise des deux ans", défiant systématiquement toute forme d'autorité. C'en était trop, et j'ai très mal supporté la chose, d'autant que Florian se trouvait le plus jeune de la bande des cousins et les imitait bien entendu en tout et surtout dans les bêtises...

A notre retour à Paris fin août, j'étais donc toujours dans un état de nerfs déplorable et n'aimant pas du tout le personnage que j'étais devenu (ou du moins l'image que j'avais de moi-même).

Le renouveau est arrivé début septembre, lorsque j'ai retrouvé assez d'énergie pour prendre conscience de la menace de la dépression et m'en défaire, notamment en voyant grandir mes deux enfants. Ils m'ont véritablement donné l'énergie de ne pas perdre pied.  Ce n'est qu'à ce moment que j'ai pu à nouveau écrire des haïkus. Je me souvenais à peine de mon mot de passe lorsque j'ai repris mon blog...

A partir de demain, il m'arrivera d'alterner haïkus du jour et haïkus issus de certains épisodes de cette éclipse sur lesquels je donnerai plus de détails.

Quoi qu'il en soit, je remercie celles et ceux qui, par leurs messages, ont témoigné de leur inquiétude face à mon silence. Soyez aussi remerciés de votre patience et de votre fidélité. J'ai été très touché de constater que vous n'aviez pas oublié Manteau d'étoiles malgré l'absence de nouveaux billets. Merci, vraiment.

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2007 6 03 /11 /novembre /2007 09:11
Lucie a six mois. C'est une petite fille enjouée, drôle et adorable. Elle fait craquer tout le monde,  à commencer par ses parents. 

Il faudra bien que je revienne sur les six mois pendant lesquels je n'ai rien écrit, car la naissance de Lucie en a été le joli sommet lumineux.

En attendant, Lucie dort entre nous, totalement abandonnée au sommeil. Il y a quelque chose de formidable dans le sommeil des petits, un mélange de détente complète et une sorte de concentration, comme s'ils "dormaient énergiquement", totalement concentrés sur cette activité.  Il suffit pourtant d'un bruit, d'un rien pour détruire ce fragile équilibre et les réveiller ...

ma fille endormie
même un baiser sur son front
semblerait trop lourd
Partager cet article
Repost0
26 octobre 2007 5 26 /10 /octobre /2007 13:30

Yamasemi, martin-pêcheur tachetéJ'ai demandé à Yoko de me trouver un surnom en Japonais. Yoko a longtemps été notre traductrice japonaise, et elle connaît ma passion des haïkus. Ce surnom de servira de haigo, c'est à dire de nom de plume. 

Pratiquement tous les haïjins ont pris un haigo (consulter la rubrique les Maîtres à ce sujet) et cela me tentait (même si je ne me compare en rien à ces Maîtres).

De son propre aveu, Yoko aime bien donner des surnoms un peu "décalés". Comme j'aime la nature et en particulier les oiseaux, elle m'a proposé ce qui suit :

- Yamasemi, le martin-pêcheur tacheté

- Mimizuku, le hibou, voire Mimizuku-ojisan(tonton hibou!)

- Karasu-téngue (une créature fantastique dans les contes japonais, mi-oiseau/mi-prêtre de montagne, avec un pouvoir surnaturel)

- Tchabashira-Kitchô,  qui veut dire "quelque chose de bien va arriver". Explications de Yoko :

 Tchabashira est un tout petit bout de branche du thé tombé dans une tasse qui flotte debout.
On dit, "Tiens, tu va avoir quelque chose de bien(ou une chance)." Kitchô signifie un bon présage ( bonheur, chance, succès)
 

Quatre propositions intéressantes, j'avais l'embarras du choix !

Ne disposant d'aucun pouvoir surnaturel (enfin je crois!), j'ai assez rapidement éliminé la créature fantastique.

J'ai aussi éliminé le hibou. J'aime beaucoup les rapaces nocturnes, mais ils ont chez nous une connotation de sagesse que je ne me sens pas le droit d'endosser. Plus tard peut-être, mais pas maintenant!

Restait la brindille de thé-annonciatrice et le martin-pêcheur. La première me tentait, mais ce surnom me paraissait trop long. En outre,  quelque chose dans sa sonorité ne me convenait pas.

Quant au martin-pêcheur ... Si vous m'avez déjà vu, en photo ou en réalité, vous savez que j'ai une coupe en brosse. J'ai aussi une affinité particulière avec les oiseaux. Il suffit d'un coup d'oeil sur ce sympathique oiseau pour comprendre pourquoi Yoko me l'a malicieusement proposé.

L'idée me plait, j'aime le clin d'oeil et la sonorité du mot. Adopté!  Mon haigo sera donc Yamasemi. Après tout, Shiki avait pris pour nom de plume le coucou, avec un humour un peu grinçant il est vrai.

Le Yamasemi (en kanji : 山翡翠) est un grand martin-pêcheur (beaucoup plus grand que son cousin européen) et que l'on trouve en Asie. Au Japon, son aire de répartition est surtout au nord. La "bouille" de ce piaf me plaît. En outre, et Yoko ne pouvait le savoir, j'ai eu il y a lontemps un pull blanc  moucheté de noir ressemblant de près au plumage du yamasemi. Adopté vous dis-je!

Yamasemi sur un rocherYamasemi à table

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2007 1 22 /10 /octobre /2007 08:44
ciel bleu
un oiseau noir au zénith
- son ombre immense
Partager cet article
Repost0