Choses à (a)voir

Liens malins

VNBjeparticipe01E


Changez pour Firefox!

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Référencé par MesBlogs.com

Guide Web - annuaire gratuit

présent sur bonWeb.com

Wikio - Top des blogs - Litterature

Ajouter à Mon Yahoo!

Référencement blog


Référencé par Blogtrafic


Boosterblog

Obtenez des aperçus gratuits à partir de Snap.com

Blog déposé sur Copyright-France.com

Devoticons

Pour faire un lien sur mon blog, choisissez une image!
 

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Recherche

Texte Libre

Ce blog est né d'un haïku. Le voici ...

couché sur l'herbe
dans mon manteau d'étoiles
j'ai dormi

A tout moment, vous pouvez revenir à la page d'accueil en cliquant sur la bannière ou sur l'image de droite. Si vous êtes perdus, vous trouverez aussi de l'aide ici. Bonne visite!

Archives

Manteau d'étoiles



Bienvenue sur le blog haïku de Richard (alias Yamasemi), principalement consacré au haïku et au senryû, un style de poème court venu du Japon.

Découvrez mon itinéraire dans l'écriture, une présentation des Maîtres du haïku et mes propres haïkus et senryûs au fil des jours. Vous trouverez plus d'informations sur ce blog dans la page d'aide.

Vous pouvez si vous le désirez réagir sur chaque article en utilisant le lien "Ajouter un commentaire" et, si vous avez apprécié votre visite, vous pouvez aussi recommander ce blog.
18 décembre 2005 7 18 /12 /décembre /2005 20:34
Ca m'apprendra à ne pas noter tout de suite un haïku qui passe!
Hier soir, j'étais sur le point de sombrer dans le sommeil lorsqu'un haïku est venu littéralement "frapper à la porte". Dans ce curieux état de transition entre la veille et le sommeil, j'a vérifié en pianotant doucement sur la hanche de ma femme (déjà endormie) le nombre de syllabes: 5-7-5. Impeccable, léger, et avec un mot de saison.  Erreur fatale: j'ai eu la flemme de me relever pour le noter. Impossible de bouger, un vrai plomb. Le temps de me répéter mentalement deux ou trois fois ce haïku, et ma dernière penseé consciente fut que je m'en souviendrai bien et le noterai dès mon réveil.

Bien sûr, ce matin, plus rien. Rien de rien. Pas un mot, plus aucune idée du thème. Impossible de me souvenir de quoi que ce soit. J'ai tout essayé, y compris de lâcher prise en espérant que cela revienne inopinément dans la journée, sans succès. Je suis vert. Joli pied de nez de l'inspiration, comme une occasion ratée avec une femme. La poésie est une maîtresse capricieuse!

Il ne me reste plus, penaud, qu'un peu d'auto-dérision:

déjà endormi
je compte encore 5-7-5
le long de sa hanche

Je vais mettre mon carnet et mon stylo sur la table de nuit. Au cas où ce haïku migrateur repasserait en même temps que le marchand de sable...
Partager cet article
Repost0
11 décembre 2005 7 11 /12 /décembre /2005 22:54
En panne d'inspiration aujourd'hui. J'ai plusieurs haïkus en chantier, mais je n'arrive à en terminer aucun. Je patine, il y a toujours une ligne qui ne décolle pas, un mot qui cloche, bref la sauce tarde à prendre.

Je pourrais bien sûr meubler en parlant d'un Maître ou en revenant sur tel ou tel point d'écriture, mais je n'en ai pas envie.  Pourquoi masquer ce qui après tout est bien naturel? Je ne suis pas particulièrement prolifique et je préfère la qualité à la quantité. A chaque fois que j'ai "laché"  un haïku prématurément, je l'ai regretté. Il ne faut rien presser, attendre que tout s'assemble, que les trois lignes lues et relues aient la luminosité de l'évidence.  Encore faut-il alors laisser le haïku reposer quelques jours, comme on laisse reposer un vin qui vient de voyager avant de le boire.  Après cette pause, ce n'est que si le poème garde intacte une force intrinsèque, et non pas celle de l'excitation du moment, qu'il peut être rendu au monde qui l'a inspiré.

Au passage, voici qui tord le cou à la thèse du haïku jaillissant tout armé de quelqu'illumination poétique. Bien sûr, cela peut arriver, mais ce n'est pas fréquent. En outre, les poèmes jaillis d'une telle illumination sont plus difficiles à retravailler, justement parce qu'ils paraissent parfaits lorsqu'ils jaillissent, mais que l'enthousiasme peut retomber aussi vite qu'il est monté.

Donc, rien. Ou peut-être si:

et si cette fois
le silence était plus fort -
je n'ai rien à dire
Partager cet article
Repost0
9 décembre 2005 5 09 /12 /décembre /2005 20:31
Ca va un peu mieux aujourd'hui, pas la forme olympique, mais j'arrive au moins à aligner deux idées. Je réalise d'ailleurs que j'étais si peu en état hier que j'ai laissé passer sans les commenter deux événements, dont l'un me tient particulièrement à coeur en tant que jeune papa.

Ca y est: la méthode globale est morte. Ouf! J'ai tellement cotoyé de petits camarades annonant leur pages et à l'orthographe aléatoire, j'ai tant vu de gamins dans mon entourage lisant un mot pour un autre et tout aussi incapables de l'écrire correctement. Je sais que je vais m'aliéner de nombreux instituteurs (on dit maîtres des écoles maintenant je crois) ultra-progressistes, mais franchement, on n'a encore rien trouvé de mieux que B-A, BA pour apprendre à lire correctement. Et une lecture aisée et fluide, c'est le La méthode Boscher, la journée des tout petits (éd. Belin)premier pas vers l'amour de la lecture et l'écriture qui va avec. C'est peut-être trop simple pour les partisans des méthodes globales et semi-globales, mais le fait est là: nos enfants cesseront enfin de faire la fortune des orthophonistes. Du reste, ce n'est sans doute pas un hasard si la méthode que j'ai utilisée pour apprendre à lire, la bonne vieille méthode Boscher (chez  Belin), est toujours éditée de nos jours. Je suis tombée dessus à la FNAC il y a deux mois, et je l'ai achetée pour mon fils, bien décidé à lui apprendre les rudiments de la lecture avant que le massacre ne commence. L'abandon de la méthode globale m'ôte une grande source de stress: je n'aurai pas à chercher une maternelle ne pratiquant pas cette "chose" (restons polis).

Et le rapport avec le haïku? Simple: un enfant qui a plaisir à lire tendra à écrire de même. Hors, les enfants ont des dispositions naturelles pour le haïku. Leur esprit est neuf, pas encore encombré de clichés. Ils sont très observateurs et restituent à merveille ce qu'ils ont vu, avec la merveilleuse franchise de ceux qui n'ont pas encore peur du regard des autres et sans fioritures inutiles. Enfin, lorsqu'ils trouvent une image, c'est avec un naturel et une fraîcheur tels qu'on peut bien leur pardonner d'en utiliser, alors que c'est en principe interdit dans le haïku. Des exemples? Il suffit de faire un recherche pour découvrir des haïkus étonnants et constater le parti que tirent certains instituteurs du format réduit de ce poème, idéal pour les enfants. Faites ainsi un tour à l'école de Martigny,  vous en reviendrez avec un sourire aux lèvres.

Et puis il y a 25 ans, John Lennon était assassiné en bas de chez lui, le 8 décembre 1980. J'étais en Math Sup à l'époque, et John venait de sortir un album après cinq années de silence. Je discutais souvent des Beatles, dont je suis un fan absolu, avec un autre fan de la même classe. C'est lui qui m'a appris la nouvelle le 9 décembre au matin avant le cours de math, et je me souviens que j'ai eu du mal à le croire. Le côté affectif du fan de base m'est généralement très étranger, mais là, j'ai eu l'impression de perdre un grand frère. J'ai tant écouté les chansons du groupe, en particulier celles de John qu'elles font partie de moi. Nowhere Man, Girl, Strawberry fields, All you need is love et tant d'autres.  Son assassin vient de s'exprimer sur son acte, et c'est hallucinant.

John est-il mort pour autant? Pas sûr ...

les balles d'un fou
n'arrêtent pas les rêveurs
dans les champs de fraise
Partager cet article
Repost0
7 décembre 2005 3 07 /12 /décembre /2005 15:56
Ouf, pas en forme aujourd'hui. Bébé Florian nous a réveillés à 5h du matin. Je me traîne littéralement, avec une vague nausée -au sens propre- qui ne me quitte pas.

Au figuré, ce n'est pas mieux.  France-Info m'a encore distillé son lot d'horreurs quotidiennes. Est-ce la fatigue? Cette énumération de violences diverses m'a plus affecté que d'habitude :

fracas des combats
mais les enfants aux yeux morts
devant les cadavres

Ce n'est pas vraiment un haïku, plutôt un senryû, centré sur l'humain et ses travers. Un senryû digne de ce nom devrait comporter une part d'humour, le plus souvent caustique ou satyrique, mais je ne vois vraiment pas où instiller de l'humour dans cette éternelle bêtise.  J'écris rarement sur ce type de sujet, sauf lorsqu'un événement me marque, comme ce fut le cas pour la longue agonie du sous-marin russe Koursk (118 morts par 108m de fond) en août 2000 :

 

larmes sur la grève
pour les enfants morts en mer
même les mouettes pleurent

Après tout, pourquoi le haïku/senryû ne pourrait-il pas exprimer le refus de l'inacceptable? Il existe bien un mur haïkus anti-guerre.

 


Tout en écrivant ces lignes, j'ai bien conscience de leur apparente naïveté et de leur inutilité dans l'immédiat. Toutefois, si nous cessions tous de croire à l'utilité de simplement exprimer un tel refus, si le cynisme et l'aquoibonisme (cher à Gainsbourg) devaient s'imposer, alors nous serions vraiment très mal partis.

Allez, citons Brel, autre grand rêveur:

Quand on n'a que l'amour
Pour parler aux canons
Et rien qu'une chanson
Pour convaincre un tambour

Bon, je vais rentrer me reposer, ça ira mieux demain.
Partager cet article
Repost0
5 décembre 2005 1 05 /12 /décembre /2005 16:45
Certains visiteurs l'auront peut-être remarqué, le fond de Manteau d'étoiles a changé plusieurs fois au cours de la journée. Ce n'était que quelques essais d'arrière-plan en prévision du changement de design dont je parlais ici.  Tant que je n'aurai pas encore décortiqué la feuille de style fournie par OverBlog (mon hébergeur), ces changements seront très fugitifs, car le résultat est parfois curieux, notamment sur le calendrier et les boîtes des deux colonnes extérieures (Archives, liens etc.)

Sinon, j'ai reçu ce week-end un email qui m'a fait plaisir. Informé par une des listes de diffusion que je fréquente, j'avais soumis cinq haïkus au site Francopolis. Ce mail m'informait que les cinq textes avaient été retenus pour être présentés au comité de lecture du site. Bien sûr, cela ne veut pas dire que j'y serai publié, mais au moins que ces haïkus ont retenu l'attention. C'est déjà assez gratifiant. Les voici, à vous d'en juger :

Aux cris de l'orage
la maison grince et tremble
pour l'été enfui

Un pigeon roucoule
dans la fraîcheur du clocher
rumeur de l'été

Vol bas des insectes
une hirondelle s'en gave
et puis c'est l'orage!

L'ombre du pommier
chaque jour elle s'allonge
au soleil d'automne

Fondus dans la brume
moutons et nuages bas
broutent l'herbe ensemble

A noter que le dernier apparaît dans sa version initiale, bien avant la douloureuse retouche dont je parlais ici. Je suis curieux de voir s'il passera tel quel sur Francopolis!
Partager cet article
Repost0
27 novembre 2005 7 27 /11 /novembre /2005 20:28
Comme je le disais dans le premier billet de ce blog, le design de "Manteau d'étoiles" va changer. L'actuel modèle, quoique sympathique et aéré, va être remplacé par quelque chose de plus personnel et mieux adapté au sujet principal (le haïku, si vous avez suivi ;-)

J'ai des idées assez précises, seulement je ne suis pas designer. Cependant,  ayant la chance de travailler dans un milieu où j'en fréquente de très talentueux, j'ai demandé à l'un d'eux de me donner un petit coup de main, ce qu'il a gentiment accepté. Je viens donc de lui envoyer un vrai brief avec du matériel que j'ai passé l'après-midi à préparer.

Je préfère en effet ne pas commettre d'erreur grossière de design ou de fautes de goût, et rien de tel que l'oeil d'un vrai pro pour éviter ça. Je connais mes limites!

A propos de design, le directeur artistique en question est, en collaboration avec quelques autres que je connais bien, à l'origine d'un site excellent, permettant la création et la mise en ligne très rapide de galeries d'images ou de vidéos. Ca s'appelle Woomp!

Woomp!

Bien qu'en version beta actuellement, il m'a semblé très fiable et sa prise en main est très facile. Et c'est  gratuit. Copinage? Pas du tout, le service est bon, et à ma connaissance, il n'y avait pas jusque là de service de mise en ligne de galeries vidéo gratuit.

Moi qui suis toujours à la recherche d'un système pour partager les photos et vidéos de Florian avec la famille, je vais en faire bon usage.
Partager cet article
Repost0
23 novembre 2005 3 23 /11 /novembre /2005 14:23
Le Zen des CSS, Dave Shea & Molly Holzschlag (éd. Eyrolles)Quand je vous disais que le Zen était à la mode! On peut même en mettre dans le Webdesign!

Ca ne s'invente pas. Après le billet d'hier, je ne résiste pas à vous initier au Zen des CSS. Kézako?

Il se trouve que le design actuel de "Manteau d'étoiles" est un modèle standard offert par la plateforme qui l'héberge. Quoique sobre et aéré, je souhaiterais faire quelque chose de plus personnel, et j'ai déjà quelques idées en tête.

Sur OverBlog, il n'y a pas trente-six moyens de personnaliser son blog: il faut passer par les feuilles de style en cascade (CSS: Cascading Style Sheet en version originale). Je ne suis pas très calé en la matière, les derniers webs que j'avais conçus l'ont été à une époque où ni le standard CSS ni les navigateurs ne permettaient ce que l'on peut voir sur un site formidable: css Zen Garden.

Ce site est à la fois un manifeste, un défi et une galerie.

 
  • manifeste, car il est un splendide outil de promotion des standards du Web définis par le W3C, notamment la séparation complète du contenu et de la mise en forme. La splendide page d'accueil du site est ainsi une page html spartiate mise en forme uniquement à l'aide d'une feuille de style css.
  • défi, car à partir de la même page, qu'il est interdit de modifier, les designers sont invités à envoyer leur propres designs, uniquement basés sur des css.
  • galerie, car les meilleurs designs y sont présentés

L'auteur de ce site, Dave Shea, a écrit un livre avec Molly Holzschlag -autre pointure du Webdesign et apôtre des standards W3C- où il détaille 36 des meilleurs designs du jardin Zen.

Armé de ce livre, de cet excellent tutoriel et de persévérance, je ne désespère pas de parvenir à offrir des habits neufs sympathiques à ce blog.

Patience ...
Partager cet article
Repost0
19 novembre 2005 6 19 /11 /novembre /2005 22:15
Réveil à 5h du matin: notre fils Florian (10 mois) fait ses dents et le fait vigoureusement savoir.
Résultat: je pourrais partir en vacances avec les valises que j'ai sous les yeux et j'ai joué à cache-cache toute la journée avec un mal de crane insidieux. Il faut dire que si je n'ai pas mon comptant de sommeil, je ne suis  pas bon à grand-chose ni très facile à vivre.

Après une journée bien remplie (changement de modem-câble, courses à droite et à gauche), je n'aspire plus qu'à une chose: dormir!

Bébé, lui, dort depuis 3 heures. Pourvu que ça dure ... toute la nuit.  Le pauvre bonhomme, avec ses quenottes en folie, il paraît que ça leur fait  vraiment très mal. Allez, fiston, même si tu me réveilles encore cette nuit, ce n'est pas vraiment grave parce que:

Petite cascade
rire de bébé au bain
bonheur d'être père

et:

Petits yeux bien clos
son souffle paraît si calme
mon fils endormi

Bonne nuit les petits (et les grands, si possible)
Partager cet article
Repost0
17 novembre 2005 4 17 /11 /novembre /2005 10:56
Premier post ...

Que dire? Bien que travaillant sur Internet depuis 1997, je n'avais jamais éprouvé le besoin d'avoir un site personnel. Je ne trouvais pas d'intérêt à exhiber ma petite personne ou à exposer mes goûts et opinions sur tout et n'importe quoi. On change!

Je viens d'ouvrir mon compte, il va me falloir prendre en main l'interface et personnaliser tout ça pour me sentir "at home".

Pourquoi ce blog? essentiellement pour parler de haïku, cette poésie de l'instantané qui nous vient du Japon. J'aurai l'occasion de faire une liste de liens sélectionnés pour tous les visiteurs intéressés par des définitions plus précises du haïku.  Pour faire simple et rapide, ce sont des poèmes en principe composés de 17 syllabes réparties en trois lignes sur le mode 5-7-5 syllabes.

Ca paraît simple, mais il y a bien d'autres critères pour qu'un simple tercet soit un haïku.

Autre question, pourquoi "Manteau d'étoiles"? A cause d'un haïku, justement. Plus précisément d'un "haïku en devenir", car je n'en suis pas encore satisfait, en partie parce qu'il n'est pas en 5-7-5 justement!
Le voici, je pense que vous le verrez évoluer au fil du temps:

Couché sur l'herbe
dans mon manteau d'étoiles
j'ai dormi

A bientôt, et bienvenue sur Manteau d'étoiles!

Richard
Partager cet article
Repost0