Choses à (a)voir

Liens malins

VNBjeparticipe01E


Changez pour Firefox!

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Référencé par MesBlogs.com

Guide Web - annuaire gratuit

présent sur bonWeb.com

Wikio - Top des blogs - Litterature

Ajouter à Mon Yahoo!

Référencement blog


Référencé par Blogtrafic


Boosterblog

Obtenez des aperçus gratuits à partir de Snap.com

Blog déposé sur Copyright-France.com

Devoticons

Pour faire un lien sur mon blog, choisissez une image!
 

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Recherche

Texte Libre

Ce blog est né d'un haïku. Le voici ...

couché sur l'herbe
dans mon manteau d'étoiles
j'ai dormi

A tout moment, vous pouvez revenir à la page d'accueil en cliquant sur la bannière ou sur l'image de droite. Si vous êtes perdus, vous trouverez aussi de l'aide ici. Bonne visite!

Archives

Manteau d'étoiles



Bienvenue sur le blog haïku de Richard (alias Yamasemi), principalement consacré au haïku et au senryû, un style de poème court venu du Japon.

Découvrez mon itinéraire dans l'écriture, une présentation des Maîtres du haïku et mes propres haïkus et senryûs au fil des jours. Vous trouverez plus d'informations sur ce blog dans la page d'aide.

Vous pouvez si vous le désirez réagir sur chaque article en utilisant le lien "Ajouter un commentaire" et, si vous avez apprécié votre visite, vous pouvez aussi recommander ce blog.
12 avril 2006 3 12 /04 /avril /2006 16:16
Eh bien voilà: Manteau d'étoiles fait peau neuve!

J'avais expliqué ici comment un directeur artistique talentueux avec lequel j'ai eu l'occasion de travailler plusieurs fois avait accepté de créer un design original pour ce blog.

Le cahier des charges: sobriété, ambiance "japonisante" et déclinaison saisonnière, puisque le haïku traditionnel est lié aux saisons.

Vous avez donc le résultat sous les yeux. Il m'a "suffit" de découper la copie d'écran en feuille de style.

Je ne remercierai jamais assez Christophe pour sa gentillesse et sa patience. J'avais en effet quelques idées bien arrêtées sur ce que je souhaitais, et Christophe les a admirablement traduites en un design magnifique et sobre à la fois, le tout avec un souci du détail remarquable. Ainsi, les deux idéogrammes figurant sur la bannière sont ceux du mot Haï-Ku!

J'ai parlé de déclinaison saisonnière, il y a donc en fait quatre variantes de ce design. Manteau d'étoiles changera donc d'apparence à chaque saison, tout comme l'image figurant à droite du blog, au-dessus de sa présentation, et qui est une image aléatoire prise parmi sept images de saison (c'était déjà vrai dans l'ancien design).

Je vous invite fortement à visiter le  site Computerlove, dont il est le cofondateur.

Fondé par des esthètes du pixel, le site est non seulement un manifeste du design dans tous les domaines (pas seulement sur ordinateur), mais aussi une plateforme pour tous les designers désirant présenter leur travail, qui peuvent s'enregister sur Computerlove et même y trouver un emploi, puisque le site publie les offres dont il a vent. Bref, plus qu'un site, une véritable plateforme.

Merci Christophe, ce site avait un ramage, grâce à toi il a maintenant le plumage!

Partager cet article

Repost0
11 avril 2006 2 11 /04 /avril /2006 16:15
Ouf! J'ai passé la journée à travailler sur la feuille de style du blog.
Le résultat n'est pas encore totalement satisfaisant, mais j'ai bien avancé, et je crois que je vais m'accorder un peu de repos.
Si vous voulez observer les progrès du site, il vous faudra appuyer sur la touche Control (souvent marquée Ctrl) en bas à gauche de votre clavier et simultanément sur la touche F5.
Cette manoeuvre force le rechargement de la feuille de style depuis le serveur et vous permet de contempler l'avancement des travaux.
Bonne soirée, je suis un peu fatigué moi ...

Partager cet article

Repost0
10 avril 2006 1 10 /04 /avril /2006 15:47
En travaux!Eh bien voilà, j'ai décidé de prendre huit jours de congés.
J'ai besoin de repos et de me changer un peu les idées.

Le fiston est chez la nounou et sa maman, elle, vient juste de reprendre le travail après son congé parental.

C'est donc en célibataire solitaire (exercice: répétez donc ça dix fois de suite et de plus en plus vite) que j'organise cette semaine. Au programme: récupération, lecture, photo, balades. Et bien entendu, blog.

Je viens de recevoir le modèle du nouveau design. Il s'agit d'une image représentant la page telle qu'elle doit être dans le navigateur, ce qu'on appelle une "copie d'écran". Je vais donc plonger dans les délices des feuilles de style, alias CSS (Cascading Style Sheet).

Sans rentrer dans des détails écoeurants pour les personnes normalement constituées, il s'agit d'un langage permettant de gouverner dans les moindres détails l'affichage des éléments sur une page web: typographie, couleurs, placement des différents éléments. Théoriquement.

Dans la pratique, c'est un combat épique que je m'apprête à livrer, armé d'une part d'un logiciel de traitement d'images pour "découper" dans la copie d'écran que j'ai reçue les différents éléments graphiques de mon futur blog, et de l'autre d'un livre "CSS en action" supposé m'aider à maîtriser la chose, tel le talisman donné par la bonne fée au vaillant chevalier dans sa quête.

Le seul détail amusant, c'est qu'il n'y a pas moyen de travailler dans une zone privée chez mon hébergeur. En clair, les essais et surtout les erreurs dans la feuille de style se font en public et en direct, ce qui permet de montrer au monde entier un blog certes en devenir, mais à l'apparence parfois un peu curieuse.

Si d'aventure Manteau d'étoiles vous paraît un peu biscornu, avec une bannière ou un texte dont la couleur jure avec le reste, ne cherchez donc pas à régler votre écran: il est vraiment comme ça.

En attendant mieux, bien mieux...
 

Partager cet article

Repost0
9 avril 2006 7 09 /04 /avril /2006 21:54
juste un point
dans le ciel d'avril
mais oui! une hirondelle!

 
J'ai toujours été admiratifs devant les oiseaux migrateurs. Cette infaillibilité dans le sens de l'orientation (moi qui arrive à me tromper de chemin même avec un GPS) et cette régularité dans le parcours migratoire m'ont toujours fasciné. Il y a bien sûr les hirondelles, mais aussi les sternes arctiques, qui migrent d'un pôle à l'autre et ne connaissent pour ainsi dire pas la nuit. Tant d'énergie et de constance pour des oiseaux en somme plutôt petits, quel mystère. Je crois que ça me fascinera toujours. Et pour moi, oui, la première hirondelle fait le printemps, et tant pis pour le dicton!

Partager cet article

Repost0
8 avril 2006 6 08 /04 /avril /2006 21:57
Vous l'avez sans doute remarqué, le pied de page de Manteau d'étoiles comporte un haïku accompagné d'un idéogramme, le tout changeant chaque semaine.

Il s'agit de l'anneau haïku, l'une des sympathiques initiatives de Marylène Lallemand.

Son site se visite comme ces maisons de campagne aux multiples pièces, chacune avec sa personnalité: le salon Cocteau, le petit haïku illustré, son forum Bleu sans limite (d'après un haïku de Santoka), l'Egypte ancienne et j'en passe.


 De nombreux sites consacrés au haïku accueillent le poème qu'elle sélectionne chaque semaine  et accompagne d'un idéogramme choisi avec soin. Cette semaine, Marylène m'a fait le plaisir de publier l'un des miens, ce dont je la remercie:


Caranthir est tout simplement la traduction de mon prénom en langue elfique. Je suis en effet depuis longtemps un amateur de Tolkien (bien avant les films qui en ont été tirés). J'utilise ce pseudo sur les forums où j'interviens. Quant à l'idéogramme, c'est celui du mot "voyage" (ryokoo).

Quoiqu'il en soit, visitez le site de Marylène, je serais étonné que vous ne le mettiez pas dans vos favoris. Fraîcheur, enthousiasme et sincérité, je n'en dis pas plus, elle m'en voudrait (car elle est en plus modeste).
 
 

Partager cet article

Repost0
7 avril 2006 5 07 /04 /avril /2006 09:23
le chant du coucou -
baigné d'ombre et de lumière
le sentier m'invite


Au fait, j'avais presque oublié le croissant de lune. Il vous reste encore un peu de temps pour faire votre choix. Résultat ce week-end!

Partager cet article

Repost0
6 avril 2006 4 06 /04 /avril /2006 17:06
brillant au soleil
sur le miroir de l'étang
la tête du colvert

la journée s'achève -
quelques taches de lumière
sous les frondaisons
 
tombée du jour -
le soleil sur deux faisans
glissant du vert à l'or
 

Partager cet article

Repost0
5 avril 2006 3 05 /04 /avril /2006 15:05
Marion (qui signe souvent ses mails ironiquement Marion nette) est un cas un peu à part, du moins je le trouve, dans le cercle de nos amis haïjins.

A part à cause de sa vivacité, de sa joie de vivre, de son éclectisme, car elle est loin de se limiter au haïku. Sa signature de courriel ne compte pas moins de quatre ou cinq sites, dont un blog consacré au haïku, senryû et tanka, deux ou trois wikis, une section tankas sur le site de la Vénus littéraire ainsi que le laboratoire Lubréaction, une section sur le site poésie francophone, son site de poésie et contes etc.

Bref, Marion déborde d'idées et d'activités. En lisant sa poésie, les mots qui me viennent spontanément sont, en vrac, flamboyant, sensuel, frémissant, érotique, mystérieux, vivant, gourmand ...

Une plume à découvrir, à partager, à lire sans retenue. J'apprécie les gens qui mordent dans la vie à pleines dents, comme un gamin qui laisse avec délice le jus d'une pêche bien mûre couler sur son menton. En toute gourmandise, en toute innocence.

Quelques morceaux choisis:

Voici ma maison
D’eau de mousse, d’arbres noués
Lieu d’apaisement
 
Entre vert et mauve
L’arbrisseau du moulin d’eau
Les racines au frais
 
Les doigts peignant l’eau
J’échevelle  doucement
Mes trésors secrets

Mélange des blés
Danse échevelée d’épis
C’est le plein été

La suite sur les sites de Marion. Bonne lecture!

Partager cet article

Repost0
4 avril 2006 2 04 /04 /avril /2006 16:58
La métaphore dans le haïku! A priori, la question ne se pose même pas: la plupart des sites ou ouvrages que l'on peut consulter vous diront qu'on ne fait pas de métaphore dans un haïku.

La métaphore est un procédé littéraire occidental. Lorsque j'étais enfant, on m'avait appris que c'était une comparaison où l'on supprimait le mot "comme". C'est sans doute un raccourci un peu brutal, mais plutôt efficace. En fait, la métaphore emprunte tant de visages que la définir reste un tour de force .

Quoiqu'il en soit, la métaphore éloigne le sujet de sa description, puisqu'il s'agit d'une image. Hors, le haïku selon Bashô, c'est "ce qui se passe ici et maintenant". Hors de question de s'éloigner de cette réalité, donc. En outre, puisqu'il s'agit d'une image, elle fait inévitablement appel à un contexte culturel particulier, ce qui restreint son universalité, sauf si on fait appel à des archétypes.

Enfin, la métaphore peut  devenir grandiloquente, boursouflée, monstrueuse, un véritable éléphant dans le petit magasin de porcelaine du haïku avec ses dix-sept syllabes.

Exit donc la métaphore? Pas sûr ...

On avait relevé, sur la liste haiku-fr, deux métaphores dans deux de mes haïkus (le sourire et la nage de l'ombre). Quoique brèves et légères, elles ont soulevé la question de leur côté trop occidental. Hors, voici quelques haïkus classiques où la métaphore est pourtant bien présente:

les petits poissons blancs
ne dirait-on pas tout à fait
l'esprit de l'eau qui court?
(Raizan)


même mon ombre
est en pleine forme
premier matin de printemps
(Issa)


Plus précisément, ces haïkus personnalisent parfois des phénomènes météorologiques, des choses inanimées ou des êtres vivants. Ainsi celui-ci, dont la première lecture m'avait littéralement cloué sur place:

je lève la tête
l'arbre que j'abats
comme il est calme
(Issekiro)


Quelle merveille. Comment mieux rendre ce contraste entre l'arbre peut-être multi-séculaire, le témoin de l'histoire, et qui s'apprête à tomber sans broncher sous les coups de l'être humain, dont la vie est si brève mais qui peut faire tant de dégâts. Comment mieux rendre ce sentiment de gâchis face à la nature détruite. Cette personnalisation de l'arbre, qui reste calme, comme s'il pardonnait déjà à son bourreau, me parle. Je ressens même la culpabilité du bûcheron, constatant le contraste entre ses coups agressifs, mortels, et le magnifique détachement de sa victime. Seule une métaphore pouvait ainsi, dans le format obligatoirement court du haïku, me suggérer tout cela. Peut-être y verrez-vous tout autre chose, c'est un signe de richesse et l'indice que ce haïku est réussi.

Enfin, je terminerai par ce splendide poème de Buson, qui accumule les interdits avec une personnalisation et deux métaphores:

avalant des nuages
puis recrachant des pétales
le mont Yoshino


Le mont Yoshino, dans la région de Nara, est célèbre dans tout le Japon pour la beauté unique de ses cerisiers en fleurs. Il a été chanté par les plus grands poètes et représenté par les plus grands peintres (dont Buson lui-même). Ici, le mont Yoshino est personnalisé, il avale les nuages et les restitue sous la forme des pétales de cerisier. Difficile de faire plus métaphorique!

Comment les auteurs classiques ont-ils pu recourir à ce qu'ils critiquent par ailleurs? Je pense que l'une des explications tient au shintoïsme, la religion locale, subtil mélange de polythéisme et d'animisme. Les dieux, les génies sont partout au sein de la nature, dans les arbres, les eaux. Tout est ainsi susceptible d'avoir une âme et d'être vivant. La personnalisation et la métaphore deviennent ainsi presque naturels. Ainsi le mont Yoshino est-il considéré comme la demeure des dieux de la montagne. Le magnifique haïku de Buson nous paraît dès lors plus "naturel".

Alors, la métaphore est-elle réellement interdite dans le haïku? Comme d'habitude, il n'y a pas de réponse tranchée. Si la métaphore est lourde et grandiloquente, je dirai sans hésiter qu'elle n'a pas sa place dans le haïku. Difficile d'y caser un "Ô temps! suspend ton vol" (désolé Alphonse!) sans verser dans le ridicule achevé.

En revanche, si en un ou deux mots la métaphore permet de multiplier les significations (la polysémie) et d'entretenir le flou, si elle permet d'y condenser ce qui serait autrement trop long et ferait exploser les dix-sept à dix-huit syllabes du haïku, alors elle est admissible.

Une autre condition: elle ne doit pas être obscure. La métaphore dans le haïku ne doit pas emmener vers l'hermétisme, bien au contraire. Elle doit éclairer sans éblouir, enluminer sans monopoliser l'attention.

Si ces deux conditions sont réunies, je n'hésite pas à employer une métaphore, après avoir toutefois vérifié que je ne pouvais vraiment pas faire autrement. La métaphore ne doit pas en effet devenir une solution de facilité. Il existe presque toujours un moyen de s'en passer. Ce n'est qu'en dernier ressort, ou lorsqu'elle est particulièrement heureuse (comme dans l'arbre d'Issekiro) que je l'emploie.

Ce n'est que ma conception, et d'autres haïjins pourront la contester. Ce n'est qu'une étape sur mon itinéraire dans l'écriture et je ne prétends nullement détenir une quelconque vérité. Mieux: je critiquerai peut-être moi-même cet article dans quelque temps...
 

Partager cet article

Repost0
3 avril 2006 1 03 /04 /avril /2006 16:01
ciel changeant d'avril -
tigré d'ombre et de lumière
le chat sur le mur

 

Partager cet article

Repost0