Choses à (a)voir

Liens malins

VNBjeparticipe01E


Changez pour Firefox!

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Référencé par MesBlogs.com

Guide Web - annuaire gratuit

présent sur bonWeb.com

Wikio - Top des blogs - Litterature

Ajouter à Mon Yahoo!

Référencement blog


Référencé par Blogtrafic


Boosterblog

Obtenez des aperçus gratuits à partir de Snap.com

Blog déposé sur Copyright-France.com

Devoticons

Pour faire un lien sur mon blog, choisissez une image!
 

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Recherche

Texte Libre

Ce blog est né d'un haïku. Le voici ...

couché sur l'herbe
dans mon manteau d'étoiles
j'ai dormi

A tout moment, vous pouvez revenir à la page d'accueil en cliquant sur la bannière ou sur l'image de droite. Si vous êtes perdus, vous trouverez aussi de l'aide ici. Bonne visite!

Archives

Manteau d'étoiles



Bienvenue sur le blog haïku de Richard (alias Yamasemi), principalement consacré au haïku et au senryû, un style de poème court venu du Japon.

Découvrez mon itinéraire dans l'écriture, une présentation des Maîtres du haïku et mes propres haïkus et senryûs au fil des jours. Vous trouverez plus d'informations sur ce blog dans la page d'aide.

Vous pouvez si vous le désirez réagir sur chaque article en utilisant le lien "Ajouter un commentaire" et, si vous avez apprécié votre visite, vous pouvez aussi recommander ce blog.
20 mai 2006 6 20 /05 /mai /2006 14:34

Allons bon!
J'ai des yeux de lapin russe et des quintes d'éternuement homériques. Tout ça par la faute des peupliers. L'air est littéralement saturé de graines duveteuses. C'est magnifique, mais très allergène. Or, particulièrement en ce moment, je suis très réactif.  J'essaie néanmoins de voir le côté positif de la chose:

nuages de graines -
des peupliers descend
la neige de mai

portées par la brise
les graines de peupliers -
vol horizontal

Partager cet article

Repost0
19 mai 2006 5 19 /05 /mai /2006 21:58
Nous sommes logés dans un petit hôtel sympathique. C'est bien sûr la campagne, avec tout le charme surrané et parfois très poétique de ce genre d'hôtel:

hôtel de campagne
dans ma chambre il y a
deux papiers peints

ma chambre d'hôtel -
du papier peint à fleurs roses
et aussi du bleu

Au moins, c'est calme, même si parfois quelques bruits incongrus troublent la quiétude de la nuit gasconne:

dans le vieil hôtel
le chant des tuyaux se mêle
à celui des grillons

Côté méteo, c'est très variable. Les matinées sont souvent couvertes, avec des averses sporadiques. Les réveils sont toutefois agréables, avec des sons plutôt reposant pour des "gens de la ville":

petit matin gris -
couvrant les derniers grillons
un concert d'oiseaux

grand concert d'oiseaux -
merles, alouettes et puis
le chant du coucou

Je parlerai demain du marathon Shell, qui est une épreuve des plus sympathiques.

Partager cet article

Repost0
18 mai 2006 4 18 /05 /mai /2006 10:15

TGV

Me voici en déplacement dans le Gers pour affaires. Je supervise le tournage d'un film sur l'Eco-marathon Shell. Il s'agit d'une course énergétique où il s'agit de consommer le minimum de carburant. Mon entreprise soutient une Ecole d'ingénieurs qui a conçu ses véhicules à l'aide de nos logiciels de CFAO. La course se déroule sur le circuit Paul Armagnac à Nogaro. Entre les divers contrôles techniques, essais libres et officiels et la course, me voici dans le Gers jusqu'à dimanche.

J'ai donc pris le TGV pour Bordeaux où une voiture de location nous attendait, moi et le journaliste et le cameraman  dépêchés pour l'occasion.

Il y avait longtemps que je n'avais pas pris le TGV. J'aime bien le train, j'ai toujours aimé ça. Etant gosse, je voulais travailler sur les voies. Je connaissais toutes les locomotives, leurs caractéristiques, les lignes sur lesquelles elles roulaient, les trains célèbres comme le Capitole, le train bleu ou le mythique Orient-Express.

Le paysage défilait vite (Paris-Bordeaux en trois heures, on n'a pas le temps d'amuser les rails), une légère somnolence commençait à m'envahir lorsque j'ai vu une petite scène suggérant  un haïku, plus précisément un senryû. J'ai attrapé mon fidèle carnet et mon stylo et j'ai écrit :

depuis le train
regardant les vaches
qui regardent le train

Les images défilaient de plus en plus vite devant mes yeux, et les haïkus se formaient aussi vite. Dans ces conditions, il n'y a qu'une seule chose à faire: les accueillir et écrire, en essayant de suivre le rythme :

à peine entrevu
le village enroulé
autour de sa colline

vue depuis le train
au milieu des champs rapiécés
la petite église

dans le TGV
traversant une rivière
dont j'ignore le nom

sur le tapis vert
du blé en herbe, au loin
un chêne et un chien

dans le train qui file
laisser courir ma plume
presque aussi vite

dans le TGV
écrivant  des haïkus
pour arrêter le temps

Certains ne supportent pas d'être assis en sens inverse de la marche. C'est le cadet de mes soucis, je trouve même que cela procure des images intéressantes :

dans le TGV
hypnotisé par les arbres
qui courent à l'envers

dans le TGV
les nuages à contre-sens
ne vont pas plus vite

Je ne sais pas exactement combien de temps ce flot de haïkus a coulé en moi, mais ce fut une expérience extrêmement plaisante. La semi-somnolence m'a-t-elle aidé à lâcher prise? Toujours est-il que, fasciné, j'écoutais ma voix intérieure en essayant  de ne rien en perdre. Puis, le jour décrût sur ces deux derniers haïkus:

la journée s'achève
sur le miroir de l'étang
trois saules penchés

des rails polis
croisent des rails rouillés
et puis s'en éloignent

Arrivés à Bordeaux, nous avons chargé nos bagages dans la voiture. Je connais très bien la région, et une petite centaine de kilomètres plus tard, nous sommes arrivés à l'hôtel à Barbotan, station thermale gersoise renommée. L'orage a éclaté presque aussitôt. Il semble que les prévisions météo soient mauvaises jusqu'à dimanche, ce qui n'arrange pas nos affaires... 

Partager cet article

Repost0
17 mai 2006 3 17 /05 /mai /2006 12:57
Notre ami Jeremiah Burlington, qui prend de plus en plus goût au haïku (bravo), nous propose cette semaine un fil rouge: le Blues, en particulier à l'harmonica.

Etant fan de la musique tout comme de l'instrument en question, je ne peux qu'approuver vigoureusement et vous conseiller d'aller chez lui. Jeremiah a même compilé une liste de liens web de derrière les douze mesures que je vous recommande.

Cerise sur le gâteau, quelques haïkus sur le Blues (haïklues? haïblues?) bien troussés, dont certains en Anglais. Moi qui avait tenté les jazzhaïkus, l'idée me plait évidemment. J'y vais donc de mon haïblues (finalement je préfère ce néologisme) du jour:

sur douze mesures
coulent les larmes électriques -
my baby left me

Partager cet article

Repost0
16 mai 2006 2 16 /05 /mai /2006 19:14
premières chaleurs -
éclosion de fleurs exotiques
au bois de Boulogne

la belle rousse
jupe de daim et talons hauts
donnant du pain aux oiseaux

Partager cet article

Repost0
15 mai 2006 1 15 /05 /mai /2006 10:17
Philipp Chekler a plusieurs passions, parmi lesquelles on compte la photographie argentique (il a dirigé pendant 25 ans un labo photo pro), la peinture et les arts martiaux, en particulier l'aïkido et le sabre.

Le tout donne une synthèse très intéressante, visible sur son site personnel et surtout en direct sur plusieurs expositions, dont l'une est en cours à la galerie Art Montparnasse (2bis rue Raymond Losserand, Paris 14è) du 11 mai au 10 juin 2006.

L'exposition est centrée sur une série de peintures au couteau inspirées de l'oeuvre de Miyamoto Musashi. Samouraï de légende, ce guerrier accompli a passé les deux dernières années de sa vie à consigner son Art dans un ouvrage lui aussi légendaire, le Gorin No Sho (le livres des cinq cercles).

C'est cet ouvrage qui a inspiré Philipp dans des tableaux où le mouvement est roi. La manière oscille entre la légèreté du mouvement d'un calligraphe (Musashi était aussi un calligraphe réputé) et l'épaisseur de la matière travaillée au couteau.

L'amour de Philipp Chekler pour le sabre est manifeste dans ces oeuvres (tout comme dans son enseignement de l'aïkido du reste où le ken, en bois heureusement, est bien présent. Mes épaules s'en souviennent!)

Les autres peintures, consacrées à l'aïkido, sont tout aussi intéressantes dans leur restitution du mouvement.

Changement d'ambiance avec les transferts Polaroïd. Passionné de photo et surtout de labo (ne lui parlez pas de photo numérique ...), Philipp a utilisé un procédé exclusif permettant de garder juste l'image sur l'émulsion, qui est ensuite mariée à un  papier pur chiffon (du vélin d'Arches ou du Japon nacré) sur laquelle elle trouve un nouveau mouvement.  Tantôt figuratif, tantôt abstrait, parfois allié à des textures (chiffon, brindilles), le résultat est étonnant.

Bref, une exposition à voir, surtout si vous aimez l'art japonais, qui a bien sûr une nette influence sur le travail de Philipp.

Partager cet article

Repost0
14 mai 2006 7 14 /05 /mai /2006 15:53

attaché à l'arbre
devant la boulangerie
un petit chien blanc

 

le temps d'acheter le pain
à la place du blanc
un petit chien roux

 

dimanche matin
devant la boulangerie
déjà l'affluence

Partager cet article

Repost0
13 mai 2006 6 13 /05 /mai /2006 21:26
soleil voilé
dans l'air chargé de pollen
l'odeur de la pluie
 
les oiseaux se taisent -
le crépitement des gouttes
soudain sur le toit
 
en balade
l'escargot sur la rambarde
le tonnerre au loin
 
orage de mai
par la fenêtre ouverte
l'odeur de l'eau
 
l'orage s'éloigne
plus clair sous le ciel de plomb
le jeune feuillage

Partager cet article

Repost0
12 mai 2006 5 12 /05 /mai /2006 11:53
belle matinée -
en silence la rosée
capitule au soleil

lumière dorée -
couvrant la rumeur de la ville
le cri des hirondelles

matin lumineux
ricochant sur les immeubles
le cri des hirondelles

Ce billet sera le premier de l'été. En effet, pour les Japonais les saisons sont décalées par rapport aux nôtres.  Ainsi, le printemps commence en février mais s'achève début mai.

En cette très belle journée de mai, Manteau d'étoiles se pare donc de ses atours d'été.

(Note: si l'aspect du blog vous paraît étrange, rechargez la page dans votre navigateur en appuyant simultanément sur la touche Control (ou CTRL) et sur la touche F5)

Partager cet article

Repost0
11 mai 2006 4 11 /05 /mai /2006 16:14
L'esprit est comme un miroir.
Chaque jour vous devez le nettoyer, et ne pas laisser la poussière s'accumuler.

Huineng


J'ai déjà dit à quel point un esprit encombré ou parasité entravait l'écriture du haïku. Je ne saurais trouver une meilleure image que celle de Huineng.

Un miroir restitue ce qui se passe ici et maintenant, ce qui est l'exacte conception du haïku selon Bashô. Il renvoie la pure expérience de Santoka ou le croquis d'après nature de Shiki.

En ce sens, écrire des haïkus est un excellent moyen de mesurer la propreté du miroir spirituel. Si l'inspiration fait défaut ou si les mots pour composer ne viennent pas, il faut se poser la question de la poussière et de sa nature, et procéder au nettoyage approprié.

Si le miroir est propre, les haïkus naissent et se forment presque spontanément. L'impression d'accord avec le monde qui en résulte est des plus agréables, et il m'arrive ainsi d'entrevoir, peut-être, ce que pourrait être l'Eveil.

Partager cet article

Repost0