Choses à (a)voir

Liens malins

VNBjeparticipe01E


Changez pour Firefox!

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Référencé par MesBlogs.com

Guide Web - annuaire gratuit

présent sur bonWeb.com

Wikio - Top des blogs - Litterature

Ajouter à Mon Yahoo!

Référencement blog


Référencé par Blogtrafic


Boosterblog

Obtenez des aperçus gratuits à partir de Snap.com

Blog déposé sur Copyright-France.com

Devoticons

Pour faire un lien sur mon blog, choisissez une image!
 

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Recherche

Texte Libre

Ce blog est né d'un haïku. Le voici ...

couché sur l'herbe
dans mon manteau d'étoiles
j'ai dormi

A tout moment, vous pouvez revenir à la page d'accueil en cliquant sur la bannière ou sur l'image de droite. Si vous êtes perdus, vous trouverez aussi de l'aide ici. Bonne visite!

Archives

Manteau d'étoiles



Bienvenue sur le blog haïku de Richard (alias Yamasemi), principalement consacré au haïku et au senryû, un style de poème court venu du Japon.

Découvrez mon itinéraire dans l'écriture, une présentation des Maîtres du haïku et mes propres haïkus et senryûs au fil des jours. Vous trouverez plus d'informations sur ce blog dans la page d'aide.

Vous pouvez si vous le désirez réagir sur chaque article en utilisant le lien "Ajouter un commentaire" et, si vous avez apprécié votre visite, vous pouvez aussi recommander ce blog.
14 octobre 2006 6 14 /10 /octobre /2006 21:20
Quand les portes de la perception sont ouvertes, toutes les choses apparaissent comme elles sont vraiment, infinies.

Aldous Huxley


Cette citation de l'auteur du Meilleur des mondes est bien connue, ne serait-ce que parce que c'est elle qui donna l'idée à Jim Morrisson d'appeler son groupe the Doors (les portes en Anglais).

Dans le cas de Huxley, les portes de la perception s'ouvrent par l'usage des stupéfiants dans le livre du même nom.

On insiste suffisamment dans tous les traités concernant le haïku sur la nécessité d'observer et de percevoir. Heureusement, nul besoin d'avoir recours aux hallucinogènes, il suffit d'un peu d'attention et de facultés contemplatives.

Ce qui me frappe pourtant dans les propos d'Huxley, ce sont les derniers mots. Les choses apparaissent comme elles sont vraiment, infinies.

N'est-ce pas ce que les meilleurs haïkus nous transmettent? L'infini au moyen des choses les plus modestes: une bestiole, un brin d'herbe ... quand on les regarde vraiment.

Le tout, sans aucun des dangers des substances utilisées par Huxley (et Morrisson), si ce n'est une accoutumance plus ou moins tenace!

Partager cet article

Repost0

commentaires

Mohe 17/10/2006 20:49

oui, je suis d'accord pour la question d'échelle... - et à te lire, j'ai l'impression que tu apprécierais un livre (roman) que je viens de terminer (pour la deuxième fois) et que j'ai beaucoup aimé :

Doris Lessing : Mara and Dann (en français : Mara et Dann). Il traite exactement du temps (sous mode d'histoire quasi-mythique : l'histoire d'un frère et d'une soeur...).

Et merci pour le rappel du haïku de Buson !


Yamasemi 09/07/2008 16:31


Je ne connaissais pas, il faut que je trouve ce livre.

Merci à toi de ton passage et de tes commentaires.

Amitiés,
Richard


Mohe 15/10/2006 02:22

Intéressante, cette réflexion à partir de la citation de Huxley - mais j'avoue qu'elle m'a un peu étonnée. J'avais l'impression qu'un des traits caractéristiques de bon nombre de haïku était plutôt le dévoilement de l'impermanence...

amicalement
Mohe

Richard 17/10/2006 12:16

Ah oui, mais tout est question d'échelle ...Impermanence du vivant, des bestioles, du brin d'herbe qui nous rappelle la nôtre, mais permanence de l'unité, du divin, de l'infini quel que soit le nom qu'on lui donne.Pour une bestiole, un jour c'est long, pas pour nous. Un million d'années, c'est long pour nous, pas pour la planète, encore moins pour l'Univers.  Il me semble qu'ouvrir  les portes de la perception permet précisément de "sentir" cela au travers des petites choses.
Les montagnes au loin -reflet dans les prunellesd'une libellule
(Yosa Buson)