Choses à (a)voir

Liens malins

VNBjeparticipe01E


Changez pour Firefox!

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Référencé par MesBlogs.com

Guide Web - annuaire gratuit

présent sur bonWeb.com

Wikio - Top des blogs - Litterature

Ajouter à Mon Yahoo!

Référencement blog


Référencé par Blogtrafic


Boosterblog

Obtenez des aperçus gratuits à partir de Snap.com

Blog déposé sur Copyright-France.com

Devoticons

Pour faire un lien sur mon blog, choisissez une image!
 

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Recherche

Texte Libre

Ce blog est né d'un haïku. Le voici ...

couché sur l'herbe
dans mon manteau d'étoiles
j'ai dormi

A tout moment, vous pouvez revenir à la page d'accueil en cliquant sur la bannière ou sur l'image de droite. Si vous êtes perdus, vous trouverez aussi de l'aide ici. Bonne visite!

Archives

Manteau d'étoiles



Bienvenue sur le blog haïku de Richard (alias Yamasemi), principalement consacré au haïku et au senryû, un style de poème court venu du Japon.

Découvrez mon itinéraire dans l'écriture, une présentation des Maîtres du haïku et mes propres haïkus et senryûs au fil des jours. Vous trouverez plus d'informations sur ce blog dans la page d'aide.

Vous pouvez si vous le désirez réagir sur chaque article en utilisant le lien "Ajouter un commentaire" et, si vous avez apprécié votre visite, vous pouvez aussi recommander ce blog.
21 juillet 2006 5 21 /07 /juillet /2006 20:11

Gérard Oury vient de disparaître, et avec lui une certaine conception du rire au cinéma, celle qui a accompagné mon enfance.

Basé principalement sur le comique de situation et le comique visuel, l'humour de ces films est inséparable des comédiens qui l'ont interprété: l'abattage et les mimiques d'un de Funès, la naïveté et la tendresse d'un Bourvil...

Nous n'échapperons sans doute pas à la programmation opportuniste de soirées-hommage, ce qui permettra aux différentes chaînes de repasser des films usés jusqu'à la corde. Les jeunes les verront sans doute avec un oeil ironique, car l'humour a bien changé depuis La grande vadrouille ou Les aventures de Rabbi Jacob.

Je crois que la rupture a eu lieu vers 1974, après le premier choc pétrolier. Avec l'arrivée de la crise, la vie est devenue plus dure, et l'humour s'est durci également. Fini le rire bon enfant, fini les mimiques et les tartes à la crème. De visuel, le comique a glissé vers le verbe, et surtout vers l'acide. Coluche a commencé son irrésistible ascension, et l'équipe du Splendid a imposé au cinéma un comique plus vache, basé avant tout sur les bons mots et les formules cultes ("c'est cela, oui", "j'étais sur le point de conclure", "vous croyez qu'il y a une ouverture?"). D'autres ont  suivi, l'humour est devenu réellement acerbe avec Etienne Chatilliez ou Cédric Klapisch.

L'humour " à la Oury" était bel et bien relégué au musée, et on le vit bien avec La soif de l'or (1993), où les procédés comiques directement hérités des années 70 se révèlent totalement usés et m'ont laissé une impression pénible. Le casting avait pourtant mis le paquet, avec Catherine Jacob, Tsilla Chilton (l'odieuse Tatie Danielle de Chatilliez) et un Christian Clavier récemment auréolé par le succès phénoménal des Visiteurs. Hélas, Clavier n'est pas de Funès, et la mayonnaise ne prend pas. Significativement, les nouvelles stars du rire ne peuvent s'insérer dans l'univers d'Oury.

L'humour est semble-t-il définitivement devenu plus cérébral, plus verbal et surtout presque invariablement vache. Si on rit, c'est de quelque chose ou de quelqu'un, le sommet en la matière me semblant être le dîner de cons de Francis Weber. Un film où j'ai ri, certes, mais un peu jaune, tout en appréciant la performance de Jacques Villeret, digne de celle d'un Bourvil en son temps.

Nostalgie? Oui, un peu, car l'humour devrait pouvoir être gratuit, s'exercer dans l'absolu et non pas aux dépens de quelqu'un. Il doit aussi pouvoir laisser l'intelligence au repos le temps d'un bon fou rire. Dès que l'intelligence s'en mêle, la vacherie n'est pas loin en matière d'humour. Je revendique le droit de rire idiot, car comme le disait Gainsbourg, la connerie est la décontraction de l'intelligence.

Si donc certains se demandent pourquoi on fait tout un plat de la disparition du créateur du Corniaud, qu'ils regardent quelques films sans préjugés et en oubliant leurs références comiques récentes. Ils y découvriront une époque sympathique où le rire pouvait être innocent.

Partager cet article

Repost 0

commentaires