Choses à (a)voir

Liens malins

VNBjeparticipe01E


Changez pour Firefox!

BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones

Référencé par MesBlogs.com

Guide Web - annuaire gratuit

présent sur bonWeb.com

Wikio - Top des blogs - Litterature

Ajouter à Mon Yahoo!

Référencement blog


Référencé par Blogtrafic


Boosterblog

Obtenez des aperçus gratuits à partir de Snap.com

Blog déposé sur Copyright-France.com

Devoticons

Pour faire un lien sur mon blog, choisissez une image!
 

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Manteau d'étoiles, l'haïku-blog de Richard

Recherche

Texte Libre

Ce blog est né d'un haïku. Le voici ...

couché sur l'herbe
dans mon manteau d'étoiles
j'ai dormi

A tout moment, vous pouvez revenir à la page d'accueil en cliquant sur la bannière ou sur l'image de droite. Si vous êtes perdus, vous trouverez aussi de l'aide ici. Bonne visite!

Archives

Manteau d'étoiles



Bienvenue sur le blog haïku de Richard (alias Yamasemi), principalement consacré au haïku et au senryû, un style de poème court venu du Japon.

Découvrez mon itinéraire dans l'écriture, une présentation des Maîtres du haïku et mes propres haïkus et senryûs au fil des jours. Vous trouverez plus d'informations sur ce blog dans la page d'aide.

Vous pouvez si vous le désirez réagir sur chaque article en utilisant le lien "Ajouter un commentaire" et, si vous avez apprécié votre visite, vous pouvez aussi recommander ce blog.
14 juin 2006 3 14 /06 /juin /2006 09:54
Le saké, la lune et l'amour, traduction Alain Kerven, illustrations Manuel CortellaExtrait de ma pile à lire, voici un beau et intéressant petit livre paru aux éditions La part commune dans la collection L'univers et l'intime.

Beau, car imprimé sur un papier ivoire de bonne facture, avec une typographie bien nette, y compris sur les idéogrammes (l'ouvrage est bilingue) et joliment illustré par Manuel Cortella.

Intéressant, car ce recueil nous transporte dans le Japon d'avant-guerre, dans le fameux quartier des plaisirs de la capitale.

La préface d'Alain Kerven, traducteur de ces poèmes, explique ce qu'était la vie des courtisanes, souvent vendues dès leur plus jeune âge par des parents ne pouvant subvenir à leurs besoins et quasiment condamnées à vie à servir d'objets de plaisir.

N'étant dénuées ni de culture, ni surtout de sensibilité, les pensionnaires des "maisons de thé" tombaient parfois amoureuse d'un client plus attentionné que les autres, sans aucun espoir cependant, d'où ces poèmes souvent élégiaques, mais où perce la mélancolie de leur condition. On y rejoint selon A.Kerven, par ailleurs poète lui-même, avec de très beaux haïkus sur sa Bretagne, deux notions très importantes chez les Japonais: celle d'aware et celle d'ukiyo. Aware signifie ce qui est poignant, pathétique. Cela s'applique à merveille à la condition de ces jeunes femmes, à la passion qui les secouait parfois et, souvent, à la brièveté de leur existence ou de l'éclat de leur beauté. Ukiyo, le monde flottant, est une notion étroitement liée au bouddhisme et qui représente le monde d'illusions et de désir dans lequel nous vivons. Et quelle meilleure représentation de celui-ci que ce quartier des plaisirs, avec ses désirs charnels, ses plaisirs éphémères et ses passions destructrices?

Au delà d'une forme soignée, la beauté du recueil tient donc aux poèmes écrits par ces jeunes femmes anonymes, que l'on imagine aussi belles et raffinées que les sentiments qu'elles y expriment. Parfois élégiaques, souvent mélancoliques, elles y laissent percer une sensibilité touchante. Il ne s'agit pas de haïkus, mais de dodoitsu, genre poétique né à Edo vers 1830 et qui s'est étendu par la suite à tout le Japon. Ce genre de balade populaire se caractérise entre autres par une longueur de vingt-six syllabes (7-7-7-5).

Légèrs, touchants, parfois déchirants, voici quelques-uns de ces dodoitsu:

moi à vous
à l'arbre la cigale
accrochées l'une et l'autre
tout en pleurs

aux ondées de mai
courtisée
aujourd'hui bonne à jeter
comme l'eau des rizières d'automne

ils se dénouent
les liens qui nous enlaçaient
c'est l'heure de la marée
même les vagues meurent

chute des fleurs
le printemps reviendra
pour vous et moi cependant
une seule floraison

mieux que le va-et-vient
gémissant de la houle
la silencieuse fidélité
des étoiles

change d'avis
à nouveau revient vers moi
même les oiseaux sur les arbres morts
s'arrêtent bien deux fois

parfois un peu de coquetterie:

sur sa tige une fleur
mais ils sont deux pour la cueillir
et moi je ne sais trop
de quel côté pencher

les pensionnaires des maisons de thé ne pouvaient sortir du quartier réservé:

le rencontrer le voir
je voudrais m'envoler
mais de l'oiseau en cage
le sort est odieux

à rapprocher du regard envieux de l'oiseau en cage d'Issa vis à vis du libre papillon.

Enfin, cette pièce pleine de regrets, qui n'est pas sans rappeler la dernière chanson de Bilitis se lamentant qu'on ne l'aimera plus (Se peut-il que tout soit fini? Je n'ai pas encore vécu cinq fois huit années, il me semble que je suis née d'hier, et déjà voici qu'il faut dire: On ne m'aimera plus.)

ressac nocturne
la houle est pâle sous la lune
de la fin d'une vie
voici les larmes amères

Un beau petit livre à s'offrir, à lire et à relire.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Eric LOW 17/06/2006 16:38

vive la poésie japonaise où se révèle l'essence de l'essentiel

Yamasemi 09/07/2008 16:12


En effet, c'est précisément ce qui m'en a donné le goût.
Amicalement,